LE CHAPITRE GÉNÉRAL DE LA FSSPX

SOUS INFLUENCE DU G.R.E.C.

 

Le Chapitre général de la FSSPX, présenté comme « Chapitre d’affaires » est réuni à Écône depuis ce lundi 9 juillet et ce, jusqu’au samedi 14 juillet.

Au préalable, les membres du Chapitre Général étaient, comme chaque fois, invités à suivre une retraite de préparation.

Le choix du prédicateur est toujours révélateur de l’orientation que le Supérieur Général veut donner au Chapitre.

Cette fois, afin de bien conditionner les capitulants, c’est à l’abbé Alain Lorans, l’homme du G.R.E.C. et des réseaux occultes, qu’est revenue la charge de prêcher cette retraite. Mgr Fellay a osé cette impudence !

abbé Alain Lorans

http://resistance-catholique.org/documents/2010/RC_2010-06-25_B_Dossier_LA-FACE-OCCULTE-DE-LA-FSSPX_la-Double-Vie-de-LAbbe-LORANS.pdf

En désignant l’un de ses mentors, qui est surtout aussi l’un des agents du ralliement les plus subversifs, Mgr Fellay démontre qu’il n’a rien changé à ses intentions et qu’il est clairement décidé à aller jusqu’au bout de son processus d’apostasie en intégrant cette fausse « Eglise » née à Vatican II et qui, aujourd’hui, telle une « église » néo-anglicane, a perdu le Sacerdoce sacrificiel valide (44 ans après l’imposition par Montini-Paul VI, le 18 juin 1968, de la Constitutio Apostolica Pontificalis Romani instaurant le nouveau rite sacramentel conciliaire radicalement et intrinsèquement invalide des nouvelles consécrations épiscopales (cf. www.rore-sanctifica.org).

Mgr Fellay et l’abbé Alain Lorans, l’homme du G.R.E.C. et des réseaux occultes (à droite)

Les quelques « opposants » ne se font guère d’illusion et ne doivent surtout pas nous en donner. D’ailleurs, les ordinations à Écône le 29 juin dernier ont confirmé leur piètre « résistance ».

Annoncé quelques jours auparavant comme une des communautés amies qui s’opposait à Mgr Fellay, le monastère de Bellaigue, sous l’influence de l’infiltré abbé Rulleau, a finalement plié et fait allégeance au Supérieur Général de la FSSPX. Les deux bénédictins candidats au diaconat ont pu ainsi être ordonnés.

De leur côté, regrettant de ne pas être parvenus à « négocier comme les bénédictins », les supérieurs de Morgon et d’Avrillé avaient tout de même tenu à être présents à la cérémonie afin de montrer un signe de leur « bonne volonté » (sic !)… Ils étaient donc prêts à négocier avec Mgr Fellay !

NN.SS. Tissier et de Galarreta ont assisté quant à eux impassiblement à la cérémonie des ordinations et aucun d’entre eux, dans l’après-midi, n’est sorti dans la cour d’Écône pour discuter un peu avec les fidèles. Et bien entendu, il ne saurait être question pour eux de soulever la question vitale et libératrice du constat de l’invalidité intrinsèque, sacramentelle et certaine des pseudo-« évêques » conciliaires « sacrés » depuis le 18 juin 1968 !

Mais comment ne pas comprendre que C’EST ROME qui a interdit les ordinations d’Avrillé et de Morgon ? Ce n’est certainement pas à l’initiative du seul Mgr Fellay.

Alors, même si Mgr de Galarreta tente aujourd’hui d’assurer qu’il procèdera à ces ordinations, l’absence de résistance ou d’intervention publique contre cet acte grave ainsi que le silence des trois autres évêques (prouvant leur incapacité à comprendre et à résoudre une telle situation) constituent des aveux énormes de faiblesse et de soumission de leur part.

N’a-t-on pas vu que seuls les prêtres prêts à rallier étaient les seuls autorisés à parler et que seuls les opposants avaient droit au coup de crosse ? Un tel comportement en dit plus long que les discours filandreux sur une prétendue rupture avec Rome.

Quand les fidèles deviendront-ils clairvoyants ? Depuis 50 ans n’ont-ils pas encore compris que beaucoup de clercs leur mentent ?

Cette pseudo-résistance est donc déjà neutralisée.

Quoi qu’il en soit, tant que tous ces clercs maintiendront leurs positions doctrinales hérétiques en affirmant que l’Église et le pape peuvent se tromper (le dernier sermon de l’abbé Chazal avec ses couplets d’anti-sédévacantisme primaire en est une déplorable illustration) au lieu d’admettre humblement que cette « Eglise » qui a désormais perdu le Sacerdoce sacrificiel de Notre-Seigneur, ne peut, en aucune manière, prétendre être aujourd’hui l’Église catholique qu’Il a fondée, et que ce personnage qui occupe le Vatican mais qui n’est, de fait, qu’un simple abbé (apostat de surcroît !), ne peut absolument pas être Son Vicaire, leur opposition restera vaine.

Il est à peu près sûr qu’un tout petit nombre de membres de la FSSPX ne suivra pas le ralliement-apostasie de Mgr Fellay. Mais pour faire quoi ensuite ? On dit que Mgr Tissier a résisté à Mgr Fellay, qu’il serait interdit de prêcher depuis, et que, dans une algarade à Écône le jour des ordinations, il aurait menacé de sacrer. Mais Mgr Tissier n’a pas compris que Rome se moque complètement d’un sacre non autorisé ! Il y a des centaines d’évêques dans ce cas ! Un de plus, dix de plus ne changeront rien. Et qui pourrait-il sacrer ? Un de ses confrères qui s’empressera de prêcher sur le « Très Saint-Père » ?

Non, la seule chose que craigne Rome est qu’un évêque dénonce publiquement l’escroquerie de Vatican II qui, en changeant tous les rituels de sacre et d’ordination, fait croire aux fidèles que cette secte conciliaire est la sainte Église de Notre DIVIN Maître et que ses faux prêtres, ses faux évêques et ses faux papes sont les vrais pasteurs de l’Église.  

C’est pourquoi nous ne pouvons ni ne devons aucunement compter sur ces quelques abbés qui se sont manifestés ces derniers mois. Il ne sortira rien du Chapitre Général si ce n’est un ralliement honteux !

In Christo Rege,

Résistance catholique