QUELQUES INFORMATIONS ET CONSIDÉRATIONS

SUR LE RALLIEMENT EN COURS

 

La récente diffusion sur internet et dans les médias d’un échange de courriers entre Mgr Fellay et les trois autres évêques semble avoir entraîné une certaine panique dans le camp du ralliement.

Déjà, quelques temps auparavant, les langues avaient commencé à se délier.

Le Père Innocent-Marie dans un de ses récents sermons avait fustigé tout accord avec la Rome moderniste en dénonçant directement et nommément Mgr Fellay.

Tandis que plusieurs abbés n’hésitent plus à faire part ici ou là de leur refus d’accepter un quelconque ralliement, une certaine frénésie s’est emparée des partisans inconditionnels de Mgr Fellay qui ont appelé aussitôt à l’obéissance envers le Supérieur général « qui a seul les grâces pour décider » (sic !). Leur pleutrerie est tellement grossière qu’ils en deviennent pitoyables. Nous verrons notamment dans un prochain message les récents écrits de l’abbé Michel Simoulin (aumônier des dominicaines de Fanjeaux) qui, en moins de quinze jours (entre le 1er mai et le 13 mai), demanda la publication des éditoriaux du bulletin Le Seignadou (Montréal de l’Aude) des mois de mai et de juin afin de bien conditionner les fidèles de la région à accepter docilement le ralliement-trahison qui s’annonce !

Alors qu’elles s’étaient opposées à un accord en 1988, les dominicaines enseignantes de Fanjeaux soutiennent aveuglément Mgr Fellay et son processus laissant présager de futures divisions particulièrement dramatiques au sein des écoles et de certaines familles.

Ce n’est pas le cas par contre de la plupart des communautés contemplatives. C’est ainsi que le 8 mai dernier, les supérieurs d’Avrillé (dominicains), de Morgon (capucins) et de Bellaigue (bénédictins) sont allés rencontrer Mgr Fellay pour tenter de le dissuader d’accepter tout accord canonique avec le Vatican.

Contrairement à plusieurs supérieurs de District (Amérique, Asie, Belgique…) qui ont rapidement manifesté un soutien appuyé envers le Supérieur général de la FSSPX, l’abbé de Cacqueray parle peu. Inquiet comme la plupart de ses confrères, il a peur de ce que Mgr Fellay va prochainement leur imposer. Partagé entre l’obéissance à son supérieur et la révulsion qu’il aurait de devoir être rattaché à l’église Conciliaire qu’il exècre, il tremble. Resté sourd à tous les avertissements reçus de prêtres et de fidèles qui avaient depuis longtemps discerné chez Mgr Fellay la volonté de rallier la Rome conciliaire, il est bien obligé de se rendre aujourd’hui à l’évidence. Mais parviendra-t-il un jour à reconnaître qu’il s’est lourdement trompé ? Nous l’espérons. 

Abbé Régis de Cacqueray

Craignant une scission entre les évêques qu’il n’aurait jamais cru possible, son dernier communiqué dans lequel il insiste sur l’unité au sein de la FSSPX est particulièrement pathétique : « Implorons le Ciel pour notre Supérieur Général, pour ses Assistants, pour nos évêques afin que leur soient accordées les grâces de lumière et de force dont ils ont besoin pour demeurer fermes dans le bon combat de la Foi, en ces circonstances si difficiles. Nous devons une immense reconnaissance à nos quatre évêques et nous supplions le Bon Dieu, le 30 juin 2013, de nous donner la joie de leur fêter le beau jubilé d’argent de leur épiscopat ».

http://www.laportelatine.org/district/france/bo/appel_a_prier_cacqueray_120517/appel_a_prier_cacqueray_120517.php

L’unité semble d’ailleurs pour lui plus importante que la vérité. Comme les modernistes, il préfère défendre une fausse unité plutôt que la vérité sur les sujets essentiels qu’il n’évoque même pas. Nous pensons surtout ici à la question de l’invalidité du nouveau rite de consécration épiscopale qui rend l’église Conciliaire dépourvue de tout sacrement valide.

Alors qu’il incita lui-même à la création (entre autres sites internet) du forum Fecit, véritable courroie de transmission du ralliement et de la politique de Mgr Fellay, il vient de demander dans ce même communiqué, la fermeture des forums internet qui étaient devenus depuis quelques semaines le théâtre d’invectives et de censures arbitraires bien trop révélatrices de leur malfaisance et surtout de l’affolement des partisans de Mgr Fellay : « J’ose formuler le vœu, pendant ces journées qui précèdent la fête de la Pentecôte, que les responsables des forums acceptent de fermer leurs forums. S’ils les laissent ouverts, que leurs intervenants s’abstiennent d’y aller et, s’ils y vont quand même, qu’ils ne s’attendent pas à dénicher la vérité dans la myriade des messages qui s’y trouvent échangés ».

Mgr Bernard Fellay

Mgr Fellay : un chef discrédité et de plus en plus isolé !

Dans ses rares apparitions publiques (entre deux allers-retours entre Menzingen et Rome), Mgr Fellay apparaît très tendu. Lui et ses Assistants font le compte des opposants déclarés ou éventuels et tiennent informé au jour le jour le Vatican de l’état de la « réaction ».

Présent dimanche dernier en Autriche pour des confirmations, Mgr Fellay a dénoncé l’action du Diable au sein de la FSSPX ! Le Diable étant bien évidemment, selon lui, dans le camp de ceux qui refusent le ralliement !

Dans un communiqué publié le 16 mai 2012, le Vatican précise que « les cas des trois autres évêques de la Fraternité » seront « étant donné la position par eux prise » (pourtant prise seulement en privé !), « traités séparément et individuellement ».

http://www.vis.va/vissolr/index.php?vi=all&dl=68ea5bec-27cd-823d-c478-4fb39c1fb855&dl_t=text/xml&dl_a=y&ul=1&ev=1

http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/Rome-choisit-Mgr-Fellay-comme-interlocuteur-pour-les-integristes-_EP_-2012-05-17-807524

« Le Concile Vatican II a été et demeure un authentique signe de Dieu pour notre temps » (Benoît XVI, le 24 mars 2012) ;

« Les textes du concile Vatican II et le Catéchisme de l’Eglise catholique sont les instruments essentiels qui nous indiquent de manière authentique ce que l’Eglise croit à partir de la parole de Dieu. Et, naturellement aussi, tout le trésor des documents que le pape Jean Paul II nous a donné et qui est encore loin d’avoir été exploité jusqu’au bout, en fait partie » (Benoît XVI, le 5 avril 2012).

Et Mgr Fellay voudrait nous faire croire que Rome a changé ?

NON POSSUMUS !

In Christo Rege

Résistance catholique