LA MISSION DE JEHANNE LA PUCELLE :

Sainte Jehanne d’Arc à Reims lors du sacre du Roi Charles VII

Sainte Jehanne d’Arc à Reims lors du sacre du Roi Charles VII

 

RESTAURER LE SACRE CATHOLIQUE DES ROIS de FRANCE
PRÉSERVER LE SACRE VALIDE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES

 

Dimanche 13 Mai 2012
Fête de Sainte Jehanne La Pucelle

La vraie Mission surnaturelle de Sainte Jehanne d'Arc, c'est LE SACRE CATHOLIQUE, sa logique transcendante et son rituel sacré.

Cette mission posthume est désormais en 2012, six siècles après sa naissance, encore plus urgente, transcendante, magnifique et vitale, pour la Sainte Église que Notre Seigneur a confiée aux hommes, comme pour la France dont la mission propre est, depuis sa fondation par le Pacte de Reims de 496, d'en être avant tout la Gardienne temporelle vigilante, qu'il s'agit aujourd'hui, contre tout espoir humain :

1°) de préserver le SACERDOCE SACRIFICIEL selon l'ORDRE DE MELCHISEDEK FONDÉ SUR SON SACRIFICE SALVATEUR que NOTRE SEIGNEUR a voulu instituer face au SACERDOCE SACRIFICIEL selon l'Ordre d'AARON (Sacerdoce du Temple, déchu en raison de l'obstination diabolique de son clergé légitime, acharné à Son rejet et à Sa perte), de la disparition sur terre par confusion et inaccessibilité, restituant ainsi le VRAI pouvoir spirituel de Notre-Seigneur sur terre.

2°) de restaurer l'antique SACRE CATHOLIQUE des Rois de France, restituant ainsi dans son principe transcendant le VRAI pouvoir temporel de Notre-Seigneur sur terre.

C'est à dire pour résumer La Mission Posthume : rétablir, la VRAIE société chrétienne, la VRAIE chrétienté sur terre.

Par le FIAT de la Très Sainte Vierge Marie lors de l'Annonciation, La Deuxième PERSONNE du SEUL ET UNIQUE DIEU TRINE, le VERBE éternel de Dieu, a VOULU S'INCARNER et revêtir la condition de la chair humaine en NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST SEUL VRAI DIEU ET VRAI HOMME (le mystère poétique – au sens étymologique – de la Charité et de la Miséricorde divine).

Parmi ces mystères sublimes de la Révélation, le plus impénétrable, le plus paradoxal pour la réflexion et la méditation, et donc le plus difficile à approcher et à pénétrer (pour les hommes comme pour les anges), n'est pas tant le mystère de la divinité que celui de l'INCARNATION DIVINE SUR TERRE.

En effet DIEU CRÉATEUR A VOULU QUE LE SEUL ET UNIQUE DIEU DIRECTEMENT INVOCABLE PAR SES CRÉATURES (anges et hommes) pour obtenir Sa Miséricorde FÛT NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST SEUL VRAI DIEU, ET VRAI HOMME.

Dès le FIAT de la Très Sainte Vierge Marie, conçu du Saint Esprit en son sein virginal, Notre-Seigneur Jésus-Christ, par l'Union hypostatique de la Divinité à l'Humanité, est constitué VRAI GRAND PRÊTRE principe de toute prêtrise sacrificielle transcendante, ET VRAI ROI principe de toute Royauté.

"Fiat mihi secundum verbum tuum"

Tels sont les sublimes mystères révélés de la Religion Catholique.

Or le SEUL VRAI DIEU, Notre Seigneur Jésus-Christ INCARNÉ a dit à tous les hommes :

"Celui qui ne croira pas sera condamné",
ce qui signifie que la FOI CATHOLIQUE inviolée est absolument nécessaire pour obtenir le SALUT Éternel.

"Je serai avec vous jusqu'à la consommation des siècles",
ce qui signifie, qu'avec Sa chair et Son âme humaine (en même temps que Sa Divinité), il demeurera RÉELLEMENT PRÉSENT SUR TERRE à toutes les générations humaines jusqu'à la Fin du Monde.

"SANS MOI VOUS NE POUVEZ RIEN FAIRE",
ce qui signifie que sans le recours aux grâces permanentes de Son VRAI Sacrifice Rédempteur de VRAI DIEU ET VRAI HOMME, l'homme, blessé par le Péché Originel, laissé à ses propres forces spirituelles, intellectuelles et morales, fût-il le meilleur, ne saurait en aucune manière conserver par lui-même la condition première de son SALUT éternel : conserver la FOI CATHOLIQUE inviolée .

(La négation de cette affirmation est constitutive de l'orgueilleuse hérésie du moine Pélage – matrice d’une multitude d’hérésies, dont également les hérésies Protestantes – contre laquelle Saint Augustin aura combattu toute sa vie).

Saint Corentin sacré évêque par Saint Martin

Saint Corentin sacré évêque par Saint Martin
Vitrail de la cathédrale de Quimper

C'est ainsi que Notre-Seigneur Jésus-Christ, ayant institué le Jeudi Saint Son Sacrifice Rédempteur selon l'ordre de Melchisedek, en remplacement des Sacrifices du Temple selon l'ordre d'Aaron désormais déchu, A VOULU confier aux hommes après Son Ascension et la Pentecôte du Paraclet, sa Sainte ÉGLISE INCARNÉE sur terre parmi les générations des hommes, constituée par SON UNIQUE SACERDOCE SACRIFICIEL PERPÉTUÉ par la continuité apostolique des VRAIS Évêques pleinement dépositaires des pouvoirs sacramentels ontologiques (caractère lié à la Potestas Ordinis) découlant directement de Sa transcendance personnelle de Grand Prêtre, dont les buts, premier et secondaires, sont :

1°) DE RENDRE AU SEUL DIEU CRÉATEUR TRINE LE SEUL CULTE ET LE SEUL SACRIFICE QU'IL EXIGE ABSOLUMENT DES HOMMES EN TOUTE VÉRITÉ ET EN PARFAITE JUSTICE, et par ce moyen, et par ce moyen SEULEMENT :

2°) Répandre sur les générations humaines successives Ses grâces de Miséricorde découlant de SON SACRIFICE RÉDEMPTEUR par la réception et la pratique habituelle des VRAIS SACREMENTS DONT IL A INSTITUE SEUL DÉPOSITAIRE SON VRAI SACERDOCE SUR TERRE, lesquels vrais sacrements valides constituent  les "voies ordinaires" par lesquels les hommes peuvent depuis 2.000 ans obtenir leur SALUT éternel (bien entendu en conservant inviolée la FOI catholique).

2 bis°) Par l'hostie du SAINT SACREMENT, validement consacrée par des prêtres, eux-mêmes validement ordonnés par des évêques validement sacrés, lesquels ontologiquement sont ainsi pleinement dépositaires des pouvoirs transcendants de Sa Grande Prêtrise, car constitutifs des chaînes historiques de la transmission du VRAI SACERDOCE SACRIFICIEL remontant sans ruptures temporelles jusqu'aux Apôtres (caractère ontologique INCARNÉ de la Potestas Ordinis), assurer SA PROPRE PRÉSENCE RÉELLE INCARNÉE SUR TERRE qu'IL A PROMISE DEPUIS 2000 ANS AUX QUELQUE 70 GÉNÉRATIONS HUMAINES QUI SE SONT DÉJÀ SUCCÉDÉ SUR TERRE, et ainsi jusqu'à la fin du monde.

Ce caractère INCARNÉ de l’ÉGLISE FONDÉE PAR NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST ET SA CAUSE FINALE SACRIFICIELLE PREMIÈRE, ainsi rappelée et explicitée au point 1 ci-dessus, impliquent qu'une "Église" qui aurait perdu le VRAI SACERDOCE SACRIFICIEL ne saurait plus en aucune manière prétendre appartenir à la VÉRITABLE ÉGLISE SACRIFICIELLE de NOTRE-SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, ÉTANT DEVENUE DÈS LORS ONTOLOGIQUEMENT TOUT À FAIT INCAPABLE DE SATISFAIRE À SA RAISON D'ÊTRE SACRIFICIELLE PREMIÈRE ET SUPRÊME.

Un couteau est fait pour couper. Il est ordinairement constitué :

Ce qui fait ontologiquement le couteau c'est sa lame et non son manche.

C'est pourquoi un couteau qui aurait perdu sa lame ne saurait plus être appelé "couteau", alors qu'un couteau qui aurait perdu son manche constitue une "lame de couteau".

Il en va de même désormais pour l' "Église" conciliaire qui, ayant désormais perdu, en 2012, soit 44 ans après la promulgation le 18 juin 1968 de Pontificalis Romani, par la malignité, la passivité ou l'indifférence criminelles de son clergé, la plénitude du VRAI SACERDOCE SACRIFICIEL CATHOLIQUE (Sa "lame" transcendante d’ÉGLISE DU CHRIST) NE PEUT PLUS ATTEINDRE SA FIN SACRIFICIELLE PREMIÈRE, ET NE SAURAIT PLUS PRÉTENDRE APPARTENIR – NI ENCORE MOINS CONSTITUER – EN AUCUNE MANIÈRE LA VÉRITABLE ÉGLISE SACRIFICIELLE CATHOLIQUE FONDÉE PAR NOTRE-SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST.

Saint Hilaire sacre Saint Martin, évêque de Tours

Saint Hilaire sacre Saint Martin, évêque de Tours

 

CE CONSTAT EST EN LUI-MÊME ABSOLUMENT DÉCISIF :
IL EST PROPREMENT ONTOLOGIQUE ET IMPLIQUE TOUS LES AUTRES CONSTATS QUE L'ON PEUT DÉCLINER PAR AILLEURS
.


C'est pourquoi le combat pour la préservation du VRAI SACERDOCE SACRIFICIEL CATHOLIQUE, pour enrayer sa disparition rapide et son inaccessibilité pratique pour les fidèles EST DEVENU AUJOURD'HUI LE COMBAT ABSOLUMENT PRIORITAIRE SUR TOUS LES AUTRES COMBATS LÉGITIMES : C'EST LE COMBAT DE LA SURVIE SPIRITUELLE ET SURNATURELLE,

C'EST LE COMBAT QUE DIEU EXIGE DÉSORMAIS DE NOUS TOUS EN 2012, CLERCS ET FIDÈLES :

C'EST AUJOURD'HUI LE COMBAT DE SAINTE JEHANNE d'ARC !

« 
EN NOM DIEU, LES HOMMES D'ARMES COMBATTRONT,
ET DIEU DONNERA LA VICTOIRE !
 »

 

30 juin 1988 : Mgr Lefebvre sacre évêque celui qui, 24 ans plus tard, trahira son œuvre de préservation du sacerdoce !

30 juin 1988 : Mgr Lefebvre sacre évêque celui qui,
24 ans plus tard, trahira son œuvre de préservation du sacerdoce !

 

 

Post-Scriptum :

Si nous ne combattons pas désormais, chacun d'entre nous et sans relâche, de toutes nos forces et de tous nos moyens, AVANT TOUT contre l'occultation volontaire universelle et forcenée par les clercs de l'INVALIDITÉ SACRAMENTELLE RADICALE ET CERTAINE des Pseudo-"consécrations" épiscopales conciliaires, instaurées le 18 juin 1968 par Montini-PaulVI, et imposées à l' "Église" Romaine depuis 44 ans ( http://www.rore-sanctifica.org ), craignons, pour nous et nos enfants, de ne point pouvoir conserver finalement inviolée la FOI CATHOLIQUE qui conditionne notre Salut éternel et celui de ceux qui nous sont chers.

On objecte souvent à ce qui vient d'être dit l'exemple historique de cette communauté catholique japonaise, qui bien qu'ayant été coupée du Sacerdoce catholique pendant plus d'un siècle, avait su conserver intégrale et cachée la FOI catholique pure de leurs ancêtres.

On ne souligne jamais qu'il s'agit là – à ma connaissance – du seul exemple historique que l'on puisse citer dans l'histoire de l’Église. Je ne crois pas qu'il en existe un autre.

On omet surtout de dire que cette communauté catholique japonaise a survécu avec la grâce de Dieu au milieu de persécutions cruelles et incessantes qui en harassaient les membres sans répit, en sorte qu'aucun d'entr'eux ne semblent n'avoir été responsable, ni de près ni de loin, ni activement ni passivement, ni pleinement ni partiellement, par leurs négligence, inertie, tiédeur, ou passivité coupables, de leur privation d’accès au Vrai Sacerdoce et aux vrais sacrements.

Aussi Dieu a-t-il dans Sa Miséricorde consenti pour eux Le grand Miracle de leur conserver Lui-Même intacte la Foi catholique qui permettait leur salut, les constituant ainsi la seule exception – semble-t-il – à Sa règle qui subordonne l'entretien de la Foi catholique inviolée au souci de la pratique fidèle des vrais sacrements dispensés par un clergé validement ordonné, et qui donc SUBORDONNE EN PRATIQUE L'ENTRETIEN DE LA FOI CATHOLIQUE à la pleine reconnaissance claire et constante du TRÉSOR que constituent le Vrai Sacerdoce sacrificiel catholique valide et les vrais sacrements catholiques valides.

Je ne suis pas sûr, en raison de la PERSISTANCE EXTRAORDINAIRE de notre AVEUGLEMENT négligent et paresseux que nous pouvons constater communément parmi nous sur ce combat devenu aujourd'hui absolument nécessaire et vital pour préserver le vrai Sacerdoce sacrificiel catholique valide et les vrais sacrements valides de la disparition pratique et de l'inaccessibilité (par éloignement et par confusion), que nous puissions espérer nous réclamer de cet exemple historique unique et toujours invoqué de cette communauté catholique japonaise, pour attendre de Dieu, qu'il fasse en notre faveur Le Miracle Unique qu'il fit pour cette communauté innocente, alors que nous devrons, en partie au moins, notre privation prochaine du vrai sacerdoce catholique valide et des vrais sacrement catholiques valides à cette étonnante persistance paresseuse de notre aveuglement et de notre indifférence sur cette question vitale, que vainement et sur tous les tons j'essaie aujourd'hui de dénoncer, maladroitement sans aucun doute, car à l'évidence – sinon en pure perte – du moins sans grands résultats, même auprès des meilleurs.

LA FOI CATHOLIQUE N’EST PAS UNE OPINION HUMAINE, ELLE EST UNE GRÂCE SURNATURELLE, UN DON GRATUIT DE DIEU, UNE CONNAISSANCE SURNATURELLE REÇUE DE DIEU QUI ÉCLAIRE LA RAISON HUMAINE.

C’est ordinairement par le SACREMENT VALIDE DU BAPTÊME CHRÉTIEN, qui efface les conséquences du Péché Originel, que DIEU infuse le germe de la Foi catholique dans les âmes.

En effet, cette Grâce, cette connaissance surnaturelle infusée dans l’Intelligence humaine, n’est nullement « naturelle » à l’Homme blessé par le Péché Originel, qui ne saurait s’y maintenir de lui-même par ses propres forces humaines.

Aussi est-ce à l’Homme, au Chrétien baptisé, tel un jardinier soigneux d’une plante précieuse et vitale, de veiller inlassablement à l’entretenir, à la nourrir et à favoriser sa croissance en son intelligence, par le recours à la prière, aux autres SACREMENTS VALIDES, à la méditation et à la lecture des Pères de l’Église sur ce sujet, ce qui constitue ainsi LA VIE SPIRITUELLE SURNATURELLE DU CHRÉTIEN.

AUSSI EST-IL ESSENTIEL DE BIEN COMPRENDRE QUE, NI LE SACERDOCE SACRIFICIEL CATHOLIQUE, NI LES SACREMENTS VALIDES

NE SONT NULLEMENT LES FRUITS DE LA FOI CATHOLIQUE :

À L’INVERSE C’EST LA FOI CATHOLIQUE – LA VIE SPIRITUELLE SURNATURELLE DU CHRÉTIEN BAPTISÉ – QUI EST LE FRUIT DU SACERDOCE SACRIFICIEL VALIDE ET DES SACREMENTS CATHOLIQUES VALIDES !

 


Télécharger en PDF