CIVITAS ET LA « CHRISTIANOPHOBIE »

 

I – L’Institut Civitas, ses responsables et ses étranges amitiés

 

- Présentation de l’Institut Civitas

Civitas est le pendant pour la FSSPX de La Cité catholique fondée par Jean Ousset en 1946 qui existe toujours au sein de l’église conciliaire, mais sous le nom d’Ichtus. Toutefois, les responsables de Civitas se disent aussi « héritiers de l’ancienne ‘Cité Catholique » de Jean Ousset »

http://www.laportelatine.org/archives/communic/2004/0419/0419.php

Civitas se présente comme « un mouvement politique » et « une œuvre de reconquête politique et sociale visant à rechristianiser la France ». Le rétablissement d’un « ordre chrétien » est, selon les responsables du mouvement, un « travail de longue haleine » qui passe nécessairement par la constitution de « groupes » et d’une « force plus conséquente » (sic !).

http://www.civitas-institut.com/content/view/16/62/

A travers des cercles implantés dans plusieurs régions, l’Institut Civitas (qui ne cesse d’asséner qu’il existe une « possibilité humaine de succès » !) se propose, notamment sur la « base d’exercices les préparant directement à l’action politique », de « former » les laïcs « décidés à restaurer une France chrétienne ».

Si les intentions de Civitas semblent louables, les moyens qu’elle développe en les présentant comme incontournables pour atteindre l’objectif affiché (« restaurer un ordre chrétien »), sont-ils justement appropriés et conformes non seulement à la prudence et au discernement qui doivent prévaloir chez le catholique en ces temps de désorientation diabolique mais aussi à ce qu’est réellement la France ? Et d’ailleurs de quel « ordre chrétien » parle Civitas ? Quelle est cette « France chrétienne » pour laquelle ils disent vouloir combattre ?

Destiné à mener des « actions concrètes », le cercle Civitas se livre à des « exercices d’analyse politique » et propose « d’étudier en commun un ouvrage recommandé », c'est-à-dire un livre qui a reçu l’aval de ceux chargés de veiller à la ligne politique défendue.

Voici d’ailleurs quelques « ouvrages fondamentaux » proposés par Civitas prétendant vouloir « former une élite politique en vue de la restauration de la Royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ » :

 

Ce sont, grosso modo, les mêmes « ouvrages fondamentaux » présentés par le site du mouvement conciliaire Ichtus (http://www.ichtus.fr/article.php3?id_article=63).

Mais où sont les livres exposant le caractère sacré de la France, la Mission divine de la France ? Pour un mouvement qui prétend haut et fort vouloir restaurer en France le Règne Social de Notre Seigneur, n’est-ce pas surprenant de ne pas mentionner ces ouvrages essentiels ?

Pas un livre de Mgr Delassus, de Mgr Gaume, de Mgr Jouin, du Père Ayrolles, du Marquis de la Franquerie, de Pierre Virion, de Jean Vaquié, etc… Rien !

Pourquoi de telles omissions ?

Aux côtés de ses cercles, l’association Civitas développe également ce qu’elle désigne elle-même comme ses « satellites » (sic !) : Civitas Entreprise, France-Jeunesse-Civitas, Civitas Vie Locale, Civitas Elus Locaux

Civitas Elus Locaux affiche sa volonté « de reconquérir la cité par le biais des collectivités locales et régionales » et appelle les catholiques à s’engager en politique et en particulier à l’échelon communal car « c’est à cet échelon que les catholiques peuvent s’engager pour exercer leur influence bienfaisante dans la cité et accéder aux bases d’une future reconquête ».

Enfin, voici une précision non négligeable que nous donne Civitas sur son site :

« Œuvre catholique par ses membres et ses références, cet institut accueille cependant volontiers dans ses rangs les personnes de bonne volonté qui reconnaissent dans la doctrine sociale de l’Eglise et dans l’ordre naturel les fondements de la société à rebâtir »…

 

- Les responsables de Civitas

Cette association politique est présidée par l’amiral François de Penfentenyo, frère de Michel de Penfentenyo qui, lui, s’occupe et milite à Ichtus (mouvement conciliaire).

Beau-père d’une des sœurs de l’abbé de Cacqueray (la « Tradition » est une grande famille !), ce militaire à la retraite se veut discret et n’apparaît que très rarement dans les médias. Ce rôle-là est dévolu au Secrétaire Général du mouvement, fonction confiée, depuis deux ans, à Alain Escada.

De nationalité belge et ancien libraire à Bruxelles, Alain Escada (originaire de Schaerbeek) est très marqué politiquement. Il fut porte-parole du Front nouveau de Belgique (FNB) à la fin des années 1990 qui est une dissidence du Front national de Daniel Féret où l'on retrouve quelques anciens militants du groupuscule l'Assaut.

Directeur et fondateur, depuis 1995, du journal « Polémique-Info », il est également intervenu plusieurs fois aux côtés de groupes « identitaires », notamment lors d’une Fête de l'identité le 20 novembre 2004.

Lors des élections régionales bruxelloises de 1995, Alain Escada animait la liste Unie, une formation nationaliste belge.

Le président de Belgique et Chrétienté, Alain Escada, sur une affiche de ''Zut'', la liste électorale qu'il présenta aux élections régionales bruxelloises de 1999

Disposant d’un électorat insignifiant, il appela à voter pour le Front nouveau aux élections européennes et législatives de 1999.

Alain Escada dirige également l’association sans but lucratif (asbl) Belgique et Chrétienté qui mène régulièrement des actions communes avec plusieurs groupuscules nationalistes belges.

Alain Escada (en cravate), lors d’un rassemblement des « identitaires », en novembre 2004.

L'association Belgique et Chrétienté a été fondée en 1988 par l'avocat belge Ghislain Dubois. Et c’est depuis le milieu des années 1990 que cette association est présidée par Alain Escada.

Exemplaires du journal Polémique-info Exemplaires du journal Polémique-info

Exemplaires du journal Polémique-info

Belgique et Chrétienté collabore régulièrement aux activités du mouvement Nation, constitué en 1999 par Hervé Van Laethem, ancien dirigeant et fondateur du groupe néonazi l'Assaut.

http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Assaut_(organisation)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Herv%C3%A9_Van_Laethem

Exemplaires de la revue du groupe L’Assaut

Belgique et Chrétienté agit sous la forme d'un groupe de pression dont les manifestations bénéficient du soutien du service d’ordre du mouvement Nation.

NATION L'UNIQUE OPPOSITION !  

Une manifestation des jeunes militants du groupe Nation et leur dirigeant

Lors d’une conférence de Belgique et Chrétienté, le 6 novembre 2007, se trouvait présent l’un des cofondateurs et n°2 du WNP (Westland New Post ), organisation néonazie clandestine dirigée par Paul Latinus qui avait infiltré l’armée belge avant de défrayer la chronique judiciaire au début des années 1980 (http://fr.wikipedia.org/wiki/Westland_New_Post).


Revendiquant son statut de « lobby » dont Alain Escada vante le fait, sur son site, qu’il soit « accrédité par le Parlement Européen », Belgique et Chrétienté organise régulièrement plusieurs actions d’agit-prop (terminologie d’origine communiste !), domaine dans lequel cette association s’est spécialisée.

   

http://belgiqueetchretiente.hautetfort.com/

Alain Escada et son organisation ont comme avocat, Me Henri Laquay du barreau de Bruxelles, avocat également de la FSSPX en Belgique et de plusieurs groupes nationalistes belges.

Me Henri Laquay du barreau de Bruxelles 

http://henrilaquay.com/about/

Ce grand blond aux yeux bleus a choisi pour son blog le nom de « Bleu infini, superficiel par profondeur » (sic !).

Alain Escada apparaît pour la première fois discrètement lors de la 1ère Université d’été de la FSSPX en 2006. Depuis, il y participe tous les ans. Ces universités d’été sont pilotées directement de Suresnes par les abbés Lorans, Duverger et Celier, omniprésents à chacune d’elles. Parallèlement, Alain Escada fut invité à tenir des conférences à Paris au titre de sa fonction de Président de Belgique et Chrétienté ainsi qu’au sein des cercles de Civitas dans lesquels il fut introduit avant d’en devenir le Secrétaire général en 2009.

Un an après l’élection de Benoît XVI, et pour mieux faire pénétrer dans les réseaux laïcs leurs positions, ces abbés, véritables agents de l’Ennemi, seraient-ils à l’origine de la cooptation d’Alain Escada ? De nombreux éléments nous le font penser.

http://www.laportelatine.org/formation/universites/udt2006/udt2006.php

Un autre personnage qui se complaît sur les plateaux de télévision et de radios ces derniers temps, c’est François-Xavier Peron, le porte-parole de Civitas.

François-Xavier Peron

Agent d’assurance, ce jeune de 28 ans marié depuis 2010, est un fidèle de la FSSPX et participe activement à chacune de ses Universités d’été depuis 2006. C’est là qu’il rencontra son épouse mais aussi Alain Escada avec lequel il se lia d’amitié. Lors de la session de 2011, il dirigea encore un atelier aux côtés de son autre ami Jacques-Régis du Cray (alias Ennemond), membre du G.R.E.C. fondé par l’abbé Lorans et le Père Lelong (groupe occulte travaillant au ralliement de la FSSPX).

François-Xavier Peron est l’un de ceux qui a été choisi par le District de France de la FSSPX pour préparer un film (qui promet d’être très orienté !) sur la vie de Mgr Lefebvre (Fideliter n°194 de mars-avril 2010). Il est également l’administrateur du Forum Fecit qui fut lancé par plusieurs jeunes fidèles de la FSSPX lassés du Forum catholique de Xavier Arnaud.

Il intervient ainsi sur différents blogs et Forums de discussion (dont le sien) sous le pseudonyme d’Austremoine, en référence à l’église Saint Austremoine de la ville d’Issoire dont il est originaire.

Frère de l’abbé Louis Peron (FSSPX), François-Xavier Peron est à l’origine d’une pétition de soutien à l’antipape Benoît XVI, appuyée en coulisse par les clercs de la FSSPX, partisans du ralliement à la Rome moderniste, et reprise par le blog d’Alain Escada.

http://www.soutienabenoitxvi.com

http://alainescada.hautetfort.com/archive/2010/03/15/defendons-l-eglise-catholique.html

Cette pétition reçut plusieurs soutiens officiels de conciliaires et de ralliés que François-Xavier Peron afficha ostensiblement et fièrement sur le site de ladite pétition :

Militant à Civitas pour une restauration d’un « ordre chrétien » et du « Règne Social de Notre Seigneur Jésus-Christ », François-Xavier Peron fustige les partis politiques qui soutiennent les spectacles blasphématoires, participe à la formation des jeunes aux Universités d’été de la FSSPX et de Civitas et … soutient des candidats et élus UMP dans sa ville d’Issoire !!

En 2008, comme le prouvent les documents ci-dessous, il s’est présenté aux élections municipales d’Issoire sous l’étiquette UMP !

Actuellement, François-Xavier Peron s’occupe du blog de Bertrand Barraud, conseiller municipal UMP d’Issoire et candidat aux élections cantonales 2011 au nom de… l’« Union des Républicains » ! Ce dernier fut aussi suppléant de Christophe Serre, candidat UMP aux élections législatives de 2007.

http://www.linternaute.com/ville/ville/elections-municipales/896/issoire/14834/liste-ensemble_demain_issoire.shtml

http://www.auvergne.pref.gouv.fr/pdf/Issoire%20REGISTRE.pdf

http://issoireunautreregard.over-blog.fr/

http://www.over-blog.com/profil/blogueur-2047267.html

Après sa médiocre prestation télévisée aux côtés de Me François Triomphe, avocat de l’Agrif mais aussi de l’abbé Philippe Laguérie et de l’Institut du Bon Pasteur dont il est un fervent soutien, voici comment le site officiel du District de France de la FSSPX encense ces deux jeunes libéraux :

http://www.laportelatine.org/communication/videotheque/peron_morandais_civitas111029/peron_civitas111029.php

« Honneur donc aux deux élèves issus des écoles de la FSSPX et honneur à leurs maîtres qui les ont si bien formés » ?

C’est cela sans doute la « relève » de la France et de la « Tradition » dont nous devrions être fiers… Ces congratulations mutuelles entre agents subversifs ont en tout cas vraiment quelque chose de répugnant !

Enfin, l’aumônier de Civitas est l’abbé Jean-Yves Tranchet, qui comme tous les prêtres formés à Ecône ne manque aucune occasion pour insulter les papes du passé et donner une interprétation assez hétérodoxe des Ecritures…

« Comment un catholique pourrait-il ne pas réagir à ces affronts ? Et comment peut-on penser qu’un catholique puisse ne pas réagir ? Serons-nous comme les pauvres disciples, terrifiés, abandonnant le Christ durant sa Passion ? Serons-nous comme le malheureux Pierre, le chef de l’Église pourtant, qui le renia par trois fois ? Allons-nous nous taire ou pire minimiser ces crimes comme certains évêques de France ? Qui donc confessera le Christ ? »

http://www.laportelatine.org/archives/communic/2011/civitasTranchet/tranchet111101.php

Nous avons déjà eu l’occasion de le dire plusieurs fois, mais nous le répétons encore : au moment de son reniement, Saint Pierre n’était pas Pape et n’était point encore pourvu du charisme de l’Infaillibilité. Il n’était donc pas revêtu du triple pouvoir infaillible d'enseigner, de sanctifier et de gouverner.

 

- Des amitiés sulfureuses

Nous avons vu ci-dessus les organisations au milieu desquelles gravite son association Belgique et Chrétienté. Depuis qu’il est le Secrétaire Général de Civitas, Alain Escada a rapidement constitué un réseau semblable en France lui permettant ainsi de bénéficier dans plusieurs des manifestations de Civitas du soutien de groupuscules nationalistes et identitaires tels que le Renouveau français, l’Œuvre française ou le Gud. Voici quelques images qui se passent de commentaires…

  

Gestes obscènes, bières, vulgarités, meuglements

 

Des jeunes du Renouveau français, lors d’une confrontation avec un groupe d’homosexuels


Sous l’œil amusé des gendarmes mobiles et de ses confrères de Saint Nicolas, l’abbé Beauvais donne sa bénédiction aux jeunes du Renouveau français après qu’ils eurent hurlé un de leurs slogans favori :

« Habemus Papam ! Habemus Papam ! »

http://www.youtube.com/watch?v=T-Ma4LPGko4&feature=related

 

Les « œuvres » du RF de Bordeaux qui fera sans doute le déplacement à Toulouse

ce samedi 19 novembre…

http://www.youtube.com/watch?v=vcrxjSvbLPM

 

Manifestation du Renouveau français à l’intérieur du Théâtre de la Ville à Paris, le 20 octobre 2011

http://www.youtube.com/watch?v=EuPCF238ejI

http://www.oeuvrefrancaise.com/

http://www.gud-info.fr/

 

II – La « christianophobie » : un concept nouveau

Dans un précédent dossier, nous avions souligné comment la FSSPX, pour préparer les esprits de ses fidèles au ralliement, s’impliquait dans des actions et des initiatives communes avec les ralliés et les conciliaires tout en critiquant en parallèle les communautés Ecclesia Dei pour donner ainsi le change aux plus fermes de ses prêtres et fidèles.

http://resistance-catholique.org/documents/2010/RC_2010-01-18_la-FSSPX-persiste-dans-ses-impietes-et-manoeuvres-perfides.pdf

Ce tradi-œcuménisme conçu au sein de cercles occultes auxquels la FSSPX participe par l’intermédiaire de quelques prêtres et laïcs acquis au ralliement, s’est insidieusement développé ces toutes dernières années.

Dès qu’elle le peut, la FSSPX salue ostensiblement les quelques « évêques » conciliaires (souvent d’ailleurs membres eux-mêmes des mêmes réseaux que les taupes de la FSSPX) qui démontrent très ponctuellement une bienveillance toute convenue à son égard ou qui affichent des positions (toujours sur des sujets secondaires tels que l’avortement, le mariage des prêtres, l’euthanasie, etc…) jugées « conservatrices ».

C’est encore le cas concernant les spectacles blasphématoires avec les déclarations de certains pseudo-évêques reprises complaisamment par le site de propagande du District de France qui utilise des photos de ces faux évêques revêtus d’habits traditionnels (prises à l’occasion de cérémonies des ralliés !).

 

http://www.laportelatine.org/archives/communic/2011/civitasCentene111027/centene111027.php

Par ces différents effets d’annonce artificiels et préparés dans l’ombre, la FSSPX entretient depuis quelques années l’illusion d’une possible « conversion » de la hiérarchie conciliaire, diffusant ainsi dans l’opinion la conviction d’un nécessaire et inéluctable statut canonique pour accélérer de l’intérieur cette « conversion » et apporter une « aide efficace » à Benoît XVI dans son désir de « restaurer l’Eglise », « restauration » qu’il aurait même entamée selon Mgr Fellay !

Ce travail souterrain destiné à affaiblir les « défenses immunitaires » des prêtres et des fidèles de la FSSPX à l’égard des modernistes conciliaires et de leurs méthodes, est l’œuvre de quelques abbés infiltrés et d’une poignée de laïcs subversifs, voués entièrement à leur service…

Dans ces actions de manipulation et de désinformation, le vocabulaire a un rôle essentiel, soit pour modifier chez les personnes cibles la perception qu’elles ont ou qu’elles pourraient avoir de certaines choses, soit pour atténuer artificiellement les oppositions qu’elles ont avec d’autres groupes.

Le mot de « christianophobie » est un de ces mots qui permet, par sa diffusion progressive dans les milieux cibles, de générer au sein de ces milieux des références ou des initiatives communes, et d’établir ainsi d’autant plus facilement des liens entre eux que cela leur paraît naturel.

Grâce à ce nouveau mot, s’est ainsi créé un concept transversal permettant de créer des passerelles et une « union sacrée » entre les différentes « tendances » du catholicisme.

Malgré tout, ne peut-on pas se demander comment la FSSPX a pu être aussi perméable à un tel néologisme et en faire aujourd’hui son cheval de bataille ? Pourquoi inventer et s’attacher à un nouveau mot pour désigner ce qui a toujours existé sous le nom d’anti-christianisme ?

Le mot de « christianophobie » fait partie de ce vocabulaire par lequel veulent se distinguer certains hommes de lettres ou journalistes en inventant un nouveau mot qui passera peut-être ensuite dans le langage courant.

L’origine de ce mot vient d’ailleurs de journalistes de la presse du Système. Le tout premier article de presse en faisant état est, à notre connaissance, un article du Figaro signé d’Yvan Rioufol dans son « bloc-notes » en date du 20 février 2004 et intitulé « Le réveil des ‘cathos’ ». C’est ensuite un autre journaliste de ce même groupe de Presse, Michel de Jaeghere, directeur du Hors Série du Figaro (groupe détenu par Serge Dassault), qui reprit ce concept en 2005 (l’année d’élection de Benoît XVI) pour le vulgariser ensuite dans un livre vendu largement dans les librairies de la FSSPX, dans lequel il adule Jean-Paul II et Benoît XVI !

L’ouvrage « Enquête sur la christianophobie »  

http://hors-serie.lefigaro.fr/presentation

http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_De_Jaeghere

Michel de Jaeghere, homme des milieux conciliaires « conservateurs » proches de Ratzinger, est également président de l’œuvre de Saint François de Sales, association en charge de la gestion des fruits de l’héritage de Mgr de Ségur et qui héberge à la même adresse… l’Institut Universitaire Saint Pie X qui fut longtemps dirigé par l’abbé Lorans.

 

http://www.laportelatine.org/district/ecoles/institut/institut.php

http://iuspx.fr/

A cette même adresse, se trouve également la Fondation Pierre Lafue à laquelle appartient l’abbé Lorans. C’est là que cet abbé, membre du G.R.E.C., côtoie (avec l’aval de Mgr Fellay dont il est le directeur de communication et de propagande), des hauts personnages de la hiérarchie conciliaire ainsi que des hommes du pouvoir politique et de la culture. Nous vous invitons à lire ou relire à ce sujet notre dossier spécial dont vous trouverez le lien ci-dessous.

http://resistance-catholique.org/documents/2010/RC_2010-06-25_B_Dossier_LA-FACE-OCCULTE-DE-LA-FSSPX_la-Double-Vie-de-LAbbe-LORANS.pdf

En tant que membre du jury de cette fondation, l’abbé Lorans participe chaque année, au siège de l’UNESCO, à la remise d’un prix littéraire à une personnalité littéraire, politique ou ecclésiastique.

Après avoir remis, en 2009, le 33e prix de la fondation à Dominique de Villepin pour son ouvrage « La chute ou l'Empire de la solitude : 1807 - 1814 », le 1er juin 2010, l’abbé Lorans remet le 34e prix littéraire à Alain Decaux pour l’ensemble de son œuvre

Cet abbé, tout comme l’abbé Celier, a toujours étroitement encadré l’Université d’été de la FSSPX dont ils ont profité pour favoriser l’introduction discrète d’Alain Escada dans le paysage français de la FSSPX. Ils participent aussi régulièrement aux Universités d’été de l’Institut Civitas.

    

Les deux taupes principales de la FSSPX en France

Il est donc particulièrement surprenant de constater que ni l’abbé Lorans, ni l’abbé Celier n’étaient présents aux manifestations organisées par Civitas et la FSSPX contre ce qui est présenté tout à coup comme un combat fondamental : la lutte contre la « christianophobie » !

Personnages de l’ombre, ces deux abbés avaient sans doute mieux à faire…

In Christo Rege.

Résistance catholique