UNE NOUVELLE « CROISADE » DE MGR FELLAY SOUS LE SIGNE
DU MENSONGE ET DE L’IMPIÉTÉ

« Nous ne faisons pas partie de ceux qui déclarent hâtivement le siège papal vacant, mais nous nous laissons conduire par l’Histoire de l’Église. Le Pape Honorius fut anathématisé par le VIe Concile œcuménique à cause de ses faux enseignements, mais jamais on n’a prétendu que Honorius n’était pas Pape ».

Bernard Fellay

« C’est pourquoi il nous semble urgent et plus qu’opportun, vu le redoublement d’intensité des maux qui submergent la sainte Église de lancer encore une fois une croisade du Rosaire, une croisade de prière et de pénitence. Nous vous invitons à unir tous vos efforts, toutes vos forces pour former à partir de Pâques de cette année et jusqu’à la Pentecôte 2012 un nouveau bouquet spirituel, une nouvelle chaîne de ces roses si agréables à Notre Dame, pour la supplier d’intercéder en faveur de ses enfants auprès de son divin Fils et du Père tout-puissant »

Mgr Fellay, Lettre aux Amis et Bienfaiteurs n°78, avril 2011 )

*************

« On les voit donc mettre en avant avec audace, comme indubitables ou du moins complètement libres, certaines doctrines maintes fois réprouvées, ressasser d’après les anciens défenseurs de ces mêmes doctrines des CHICANES HISTORIQUES, DES PASSAGES MUTILÉS, DES CALOMNIES lancées contre les pontifes romains, des sophismes en tout genre. Ils remettent avec impudence toutes ces choses sur le tapis, sans tenir compte des arguments par lesquels on les a cent fois réfutées »

( Pie IX, Bref Dolendum profecto du 12 mars 1870 adressé à Dom Guéranger pour son livre La Monarchie pontificale [A] )

« Tous les Papes étant infaillibles dans leur enseignement officiel, aucun Pape n’a pu violer cette loi, pas plus Honorius que les autres. À la lumière de la foi catholique, nous jugeons, à coup sûr, la fausseté de l’accusation impossible d’hérésie, que l’ignorance des faits ou la mauvaise foi avait élevée contre ce Pontife.
Aucun Pape ne s’est trompé, parce qu’aucun Pape n’a pu se tromper. On disait : ‘Un pape s’est trompé, donc les Papes peuvent se tromper’. À la lumière du Concile du Vatican, nous répondons : ‘Les Papes ne peuvent se tromper, donc le Pape Honorius ne s’est pas trompé’ ».

Mgr de Ségur, Le Dogme de l’Infaillibilité approuvé par un Bref de Pie IX en date du 8 août 1870 )

Pie IX   Mgr de Ségur   R.P. Marie-Antoine

Pie IX, Mgr de Ségur ou encore le R.P. Marie-Antoine ont réfuté et condamné les positions de Mgr Fellay

« S’ils avaient vécu de son temps, qu’auraient-ils répondu à saint Augustin quand il leur aurait dit :
Vous avez l’audace de dire que le Pape peut se tromper ?

Vous croyez donc que Jésus-Christ peut se tromper ?

Certainement saint Augustin ne les aurait pas plus épargnés que les hérétiques de son temps…

‘Le Pontife romain, dit à son tour le grand Tolet, ne peut se tromper en matière de foi et de mœurs, et cette conclusion ne doit pas être acceptée comme une simple opinion, car l’opinion opposée est une erreur dans la foi (Tolet, in S.S. Thom).

Si le Pape pouvait tomber dans l’erreur, comment pourrait-il remplir l’office d’empêcher ses frères d’y tomber ? »
R.P. Marie-Antoine, le « Saint de Toulouse » dans Vatican I  et l’Infaillibilité )

Dès le 24 janvier dernier, nous évoquions l’éventualité que soit organisée par la FSSPX une nouvelle « croisade du rosaire » [1].

Les 22 et 28 février suivants, suite à plusieurs informations convergentes qui venaient de nous parvenir, nous vous faisions part que Mgr Fellay s’apprêtait effectivement à annoncer une 4ème  « croisade » [2].

Quatre jours après, le 4 mars, notre site subissait une attaque de Menzingen visant à censurer nos derniers documents ainsi que les quelques textes et sermons de Mgr Lefebvre mis en ligne [3].

C’est donc finalement dans sa dernière Lettre aux Amis et Bienfaiteurs n°78 (10 avril 2011) que Mgr Fellay a annoncé officiellement cette nouvelle « croisade ».

Son texte, comme tous ceux qu’il commet ces dernières années, s’articule autour de deux axes majeurs : afficher une apparente fermeté tout en restant bienveillant envers Benoît XVI (en évitant notamment de le viser ou le dénoncer directement) et persuader les fidèles de la légitimité de celui-ci en développant, de fait, des thèses qui sont en totale contradiction avec le Magistère de l’Eglise.

Copie d’écran du site de propagande du District de France – 18 avril 2011

Copie d’écran du site de propagande du District de France – 18 avril 2011

I – Une fermeté biaisée

Même si l’envie d’être reconnu par le chef du Vatican le démange depuis quelques années maintenant, nous écrivions dans notre message du 28 février que, suite aux récentes annonces du chef de la Rome apostate, Mgr Fellay était « bien obligé, vis-à-vis des prêtres et des fidèles, de réagir aux dernières initiatives » de Benoît XVI. C’est ce qu’il fait encore dans cette Lettre aux Amis et Bienfaiteurs n°78. Cependant, nous faisions aussi remarquer que Mgr Fellay était « toujours soucieux de protéger l’image de son cher ‘pape Benoît’ ».

Rappelons, en effet, que Mgr Fellay n’a jamais réagit une seule fois aux nombreux actes d’apostasie posés depuis 2005 par Ratzinger. Les très rares fois où il les a évoqués c’était seulement pour les « déplorer » ou les « regretter ». Même après l’annonce du rassemblement interreligieux à Assise au mois d’octobre prochain et la pseudo-béatification de l’apostat Wojtyla par l’apostat Ratzinger, Mgr Fellay n’a publié aucun communiqué officiel pour dénoncer publiquement ces nouvelles initiatives du chef de l’église Conciliaire alors qu’un tel communiqué public aurait eu une autre portée qu’une conférence ou un sermon qui reste limité à la sphère privée de la FSSPX.

Malgré ses nombreux silences et compromissions de ces dernières années, Mgr Fellay tente donc encore de se poser en évêque inébranlable dans la défense de la foi. Il va jusqu’à citer aujourd’hui les Instructions secrètes des Carbonari publiées par Crétineau-Joly auxquelles nous avons plusieurs fois ici fait référence. Il évoque même l’exorcisme de Léon XIII !

Mgr Fellay aurait-il été touché par la grâce ? Aurait-il eu une illumination soudaine ? Que nenni !

Les extraits qu’il donne, censés illustrer sa fermeté, ne l’amènent à aucune conclusion. Il n’en fait aucune application à la situation présente. Il ne développe rien de plus. Il se contente de dire : « Que faire face à cette situation, humainement parlant, désespérée ? Prier, travailler et souffrir avec l’Église ».

En fait, par ces citations, insérées là de toute évidence pour faire illusion, Mgr Fellay feint de dénoncer le complot contre l’Église dans le seul but de donner un gage de sa prétendue fermeté. Car, au lieu d’admettre, suivant l’avertissement même de Léon XIII qu’il cite, que « là où le Siège du bienheureux Pierre et la Chaire de Vérité fut établie », les ennemis de l’Église ont peut-être effectivement « posé le trône de l’abomination de leur impiété » pour mieux « disperser le troupeau », au contraire, Mgr Fellay persiste opiniâtrement à dire ou à insinuer que « le Siège du bienheureux Pierre et la Chaire de Vérité » se trompent et errent dans la foi, méprisant ainsi de fait le Magistère sur l’Infaillibilité Pontificale.

Bernard Fellay

Mgr Fellay s’oppose ainsi à l’attitude de son consécrateur. En effet, malgré les contradictions qu’il a pu avoir sur ce point, mais mû par une grande humilité et une foi profonde, Mgr Lefebvre n’a pas hésité à évoquer plusieurs fois la possibilité, prévue par l’Église, que celui qui se trouve sur le Siège de Pierre puisse ne pas être Pape (entretien au Figaro du 4 août 1976, sermon de Pâques 1986). Selon lui, de nombreux éléments indiquaient que les puissances ennemies étaient parvenues à poser sur ce « Siège du Bienheureux Pierre » « le trône de l’abomination de leur impiété », et, comme il l’affirma en 1987, que « la Chaire de Pierre et les postes d’autorité sont occupés par des antichrists » (lettre de Mgr Lefebvre aux futurs évêques du 29 août 1987).

 
Cela, Mgr Fellay est aujourd’hui INCAPABLE de le dire !
 

L’antichrist Benoît XVI baisant, tel un idolâtre, le « sang » de l’antichrist Jean-Paul II L’antichrist Benoît XVI baisant, tel un idolâtre, le « sang » de l’antichrist Jean-Paul II L’antichrist Benoît XVI refusant de baiser les pieds de Notre Seigneur sur la Croix le jour du vendredi Saint

Le 1er mai 2011, l’antichrist Benoît XVI baisant, tel un idolâtre, le « sang » de l’antichrist Jean-Paul II
mais refusant de baiser les pieds de Notre Seigneur sur la Croix le jour du vendredi Saint ! [4]

Soucieux de préserver Benoît XVI, Mgr Fellay cite les Instructions de la Haute-Vente (la plus haute loge des Carbonari) en omettant une des consignes essentielles de cette société secrète italienne liée à la franc-maçonnerie : « …Nous devons arriver… au triomphe de la révolution par un pape… Que le clergé marche sous votre étendard [l’étendard des loges maçonniques] en croyant marcher sous la bannière des Clefs Apostoliques ».

Leur objectif ultime était donc de parvenir à installer un imposteur, un clerc illégitime, sur le Siège de Pierre qui, en se faisant passer pour « Pape », inoculerait son faux enseignement issu des loges maçonniques, amenant ainsi le clergé (et les fidèles) à marcher sous l’étendard des loges tout « en croyant marcher sous la bannière des Clefs Apostoliques ».

N’est-ce pas précisément ce à quoi nous assistons aujourd’hui ?

Mais ne serait-ce pas là finalement cette réalité qui gênerait Mgr Fellay, réalité qu’il paraît avoir pour mission d’étouffer et même de combattre, ce qui expliquerait notamment son acharnement à censurer l’enregistrement de la conférence de Mgr Lefebvre dans laquelle le fondateur de la Fraternité Saint Pie X dénonçait justement le Vatican comme étant une « loge maçonnique » ?

Cette conférence fut effectivement supprimée du site Youtube sur intervention directe de Menzingen dès que les Éditions Saint Remi, qui ont fait l’objet d’une attaque abjecte de la part de la FSSPX (nous y reviendrons très prochainement…), aient diffusé le lien internet permettant d’entendre ces fortes paroles de Mgr Lefebvre. Nous vous invitons d’ailleurs à lire ou relire les communiqués des Éditions Saint Remi en annexe [Lire le n°1, le n°2 et le n°3] ou ici sur le montage vidéo suivant :

http://www.youtube.com/watch?v=EJtRzWTYPyE&feature=fvst

Concernant l’enregistrement de la conférence de Mgr Lefebvre, voici ce que vous pouvez désormais voir sur la page du site Youtube censurée par la FSSPX :

http://www.youtube.com/watch?v=wPO8v8T4DQE&feature=related

La FSSPX est même parvenue à faire fermer le compte utilisateur de la personne qui avait réalisé des dizaines de vidéo sur la FSSPX et la Tradition. Les liens de ses autres vidéos sur Youtube  (Rome est dans l’apostasie ou encore Mais où va la FSSPX ? À l’apostasie !) affichent maintenant ce message :     

http://www.youtube.com/watch?v=Cks1mcyfE-E&feature=related

Au regard de ces faits inouïs, comparables aux méthodes maffieuses plutôt qu’à celles que l’on serait censé attendre d’une communauté religieuse, n’est-il pas légitime de s’interroger sur les moyens de pression et les réseaux occultes dont semble disposer la FSSPX pour parvenir ainsi à agir en toute impunité sur des sites et des hébergeurs qui ne lui appartiennent pas ?

En cliquant sur le lien suivant, vous pouvez cependant toujours retrouver les mêmes extraits de cette conférence de Mgr Lefebvre sur le site Dailymotion qui a, pour l’instant, échappé à la censure de Menzingen :

http://www.dailymotion.com/video/xfh3zy_mgr-lefebvre-la-rome-maconnique_people

En février 1976, Monseigneur Lefebvre se félicitait d'une prochaine excommunication par la Rome conciliaire, qu'il qualifiait de « loge maçonnique ».

Le lien ci-dessous vous permettra d’écouter un très court extrait où Mgr Lefebvre parle de l’éventualité d’être « excommunié par une loge maçonnique », c'est-à-dire par l’église Conciliaire. Cette « excommunication » était pour lui une « marque d’honneur ».

À l’inverse, plus de vingt après, Mgr Fellay et l’abbé de Cacqueray se sont félicités que ce qu’ils estimaient être, au contraire, une « marque d’opprobre » soit levée par cette même « loge maçonnique » qu’ils avaient eu, au préalable, la veulerie de supplier à cette fin, entrainant dans ce reniement l’ensemble des âmes dont ils ont la charge ! C’est sans doute ce qu’ils appellent la fidélité envers leur fondateur !

http://www.dailymotion.com/video/xditmt_excommunies-par-une-loge-maconnique_people

Sous couvert d’une apparente fermeté et d’une piété simulée, Mgr Fellay méprise donc publiquement les avertissements de l’Église en prétendant que c’est « le Siège du bienheureux Pierre et la Chaire de Vérité » qui se trompe et non que les puissances infernales ont, de toute évidence, posé sur celui-ci « le trône de l’abomination de leur impiété ».

C’est dans la même logique de ce faux enseignement que la FSSPX et Le Sel de la Terre n°59 (hiver 2006-2007) des dominicains d’Avrillé repris par l’abbé Lorans, membre du G.R.E.C., ont récemment diffusé une thèse abominable [5] selon laquelle il existerait actuellement un même Pape et une même hiérarchie pour deux Églises. Présenté comme le « Vicaire du Christ », Benoît XVI dirigerait en même temps, selon eux, l’Église catholique et l’église Conciliaire, c’est à dire la Contre-Église !

Ces thèses erronées absolument perverses ont deux conséquences graves dont devront répondre devant Dieu les clercs qui les propagent :
-   elles trompent les âmes en les amenant à rejeter plusieurs vérités fondamentales ainsi qu’un Dogme de l’Église,
-   elles confortent un apostat dans son imposture en lui reconnaissant une autorité et une légitimité qu’il n’a pas et ne peut pas avoir. 

Rappelons à ce propos ce que nous disions aussi dans notre message du 28 février [6] :

« Pourquoi Mgr Fellay insiste-t-il donc si fortement pour convaincre les clercs et les fidèles de l’impossibilité absolue que Benoît XVI ne soit pas « pape » ?

Une telle insistance de la part de Mgr Fellay préférant nier le magistère sur l’Infaillibilité de l’Église et du Pape pour pouvoir soutenir la légitimité et l’autorité de Benoît XVI, ne révèle-t-elle pas autre chose ? Un pacte secret avec le Vatican ?

Il est légitime de se poser la question. Car, malgré son attitude d’opposition apparente envers l’église Conciliaire, la reconnaissance que la FSSPX accorde au locataire du Vatican ne permet-elle pas de conforter justement cette autorité moderniste et apostate qui, depuis Rome, prétend gouverner l’Église ? N’était-ce pas là, précisément, le but occulte de la franc-maçonnerie révélé notamment par Crétineau-Joly, à la demande du Pape Pie IX, dans son ouvrage L’Église romaine en face de la révolution : « …Nous devons arriver… au triomphe de la révolution par un pape… Que le clergé marche sous votre étendard en croyant marcher sous la bannière des Clefs Apostoliques ».

Pourquoi, en effet, s’employer avec un tel acharnement à faire reconnaître, par ses prêtres, ses fidèles et toutes les communautés amies, la légitimité des autorités conciliaires sous peine d’exclusion ? ».

Loin de condamner comme l’avait fait Mgr Lefebvre l’apostasie de Ratzinger, le Supérieur Général actuel de la FSSPX développe, en effet, une critique toute biaisée en préservant au maximum son « bon pape Benoît » par des remarques et des considérations toutes aussi serviles que fausses :

Bischof Bernard Fellay im Videointerview mit 'gloria.tv' 

http://www.kreuz.net/article.10273.html

« Il a posé plusieurs jalons qui peuvent certainement servir à une restauration, au milieu de beaucoup d’hostilité » nous dit Mgr Fellay.

« Les actes bienveillants qu’il a posés en faveur de notre Fraternité sont très présents à notre mémoire reconnaissante » rajoute-t-il sur un ton obséquieux.

Ou encore : « Benoît XVI a écrit à un pasteur évangéliste qui protestait contre ce nouvel Assise, qu’il allait tout entreprendre pour éviter le syncrétisme »…

Puis, même s’il feint de les atténuer aussitôt pour se donner une posture d’homme mesuré et lucide, Mgr Fellay tient à mettre en avant une nouvelle fois les soi-disant « quelques éléments réconfortants de ces dernières années » qui « donnent de grands espoirs pour le futur » (sic !).

C’est d’ailleurs toujours plus ou moins les mêmes fadaises que lui et ses lieutenants répètent dans tous leurs discours en pensant sans doute que rien ne vaut une bonne marteau-thérapie pour parfaire le conditionnement de leurs fidèles ! Ces derniers doivent, en effet, se convaincre que Joseph Ratzinger est habité des meilleures intentions du monde, que « son cœur est traditionnel » mais « sa tête moderniste » (sic !).

C’est par ce type de raisonnements grotesques et autres sophismes que la FSSPX trompe depuis des années les fidèles en les détournant ainsi du véritable Magistère relatif à l’Infaillibilité de l’Église et du Pape dont elle occulte soigneusement les parties jugées compromettantes pour ses thèses gallicanes maintes fois condamnées par l’Église.

Ayant préféré écouter les clercs infiltrés qui, en bons courtisans, lui ont soufflé l’idée des fameuses « croisades » et convaincu d’être l’instrument de Dieu pour restaurer l’Église (À Winona, il vient de déclarer : « il est vraiment évident que nous sommes bénis de Dieu » [7] !), Mgr Fellay s’est transformé en valet servile qui, tel un coursier d’Interflora, apporte régulièrement auprès de son maître Benoît des « bouquets spirituels ». Et, il en est sûr : le maître est bon !

Envoûté par celui que Mgr Lefebvre qualifiait de « serpent », Mgr Fellay persiste ainsi à vouloir persuader ses fidèles que Ratzinger-Benoît XVI a fait preuve de « bienveillance » à l’égard de la FSSPX, au lieu de dénoncer au contraire dans cette apparente mansuétude des actes trompeurs visant à séduire les « traditionalistes » dans le seul but de les absorber et neutraliser ainsi les derniers canaux de la grâce que sont les vrais sacrements.

La séduction n’est-elle pas une des armes essentielles du « serpent », du Malin ? Mgr Fellay ne peut plus le comprendre. Il y a déjà succombé…

Ratzinger et son plus fidèle compagnon : le serpent !

Ratzinger et son plus fidèle compagnon : le serpent !

Feignant de défendre fermement la foi alors qu’il fait tout pour préserver celui qui dirige précisément la destruction de la foi chez les catholiques par ses faux enseignements et la reconnaissance qui leur impose, Mgr Fellay publie une fois encore un texte bien misérable qui aurait pu être écrit par un rallié tel que l’abbé Aulagnier.

II – L’enseignement mensonger et perfide de Mgr Fellay

Dans notre message du 28 février, nous faisions remarquer enfin que le « souci premier » de Mgr Fellay, qui « revient comme une obsession » chez lui, est de « persuader les fidèles de ne surtout pas dire ou même penser que Benoît XVI n’est pas ‘pape’ ».

La dernière Lettre aux Amis et Bienfaiteurs en est une nouvelle illustration. Derrière un semblant de piété, Mgr Fellay y signe un texte où transparaît au contraire une incroyable impiété envers l’Histoire de l’Église et de ses Pontifes.

Alors qu’il se livre à un jugement de celui qu’il considère comme le « Pape » en revenant en fait essentiellement sur les actes de Jean-Paul II (il est plus facile de s’attaquer à un mort !), Mgr Fellay, n’étant plus à une contradiction près, déclare dans ce même texte : « nous sommes loin de vouloir juger le Pape » (sic !).

Puis il continue en disant avec morgue : « Nous laissons volontiers cette tâche délicate à un jugement ultérieur de l’Église. Nous ne faisons pas partie de ceux qui déclarent hâtivement le siège papal vacant ».

Par ce mensonge asséné comme une vérité magistérielle, Mgr Fellay cherche à discréditer ceux qui ne sont que des catholiques semper idem désirant tout simplement demeurer fidèles à leur foi en défendant l’enseignement de l’Église dans son intégralité sans aucune censure. Mais par ses accusations fielleuses, Mgr Fellay œuvre également à accentuer insidieusement la « chasse aux sorcières » contre tous ceux qui ne se soumettent pas à la ligne du parti et qui refusent l’allégeance au locataire du Vatican !

La dénonciation de ceux qui sont étiquetés de manière volontairement malveillante de « sédévacantistes » semble en tout cas être devenue une obligation quasi-rituelle que se sont fixée les supérieurs de la FSSPX dans la plupart de leurs récentes interventions, signe d’une évidente fébrilité de leur part.

Or, ceux que les clercs de la FSSPX désignent avec mépris comme des « sédévacantistes » n’ont jamais prétendu que le Siège de Pierre n’était pas occupé. Ils ne font que constater, c’est un fait, que ce Siège est occupé par un « antichrist », c’est à dire un pasteur illégitime, un imposteur qui, de par ses hérésies publiques et pertinaces bien antérieures à son « élection », s’est mis hors de l’Église.

Le Pape Léon XIII nous dit, en effet, dans son encyclique Statis cognitum du 29 juin 1896 :

« Il serait absurde de dire que celui qui est hors de l’Église puisse la présider ».

Saint Robert Bellarmin dans De romano pontifice écrit de même :

« Ne peut être la tête de l’Église celui qui n’en est pas membre ».

Dans sa Bulle Cum ex Apostolatus officio du 15 février 1559, Sa Sainteté le Pape Paul IV

« § 6. – (…) si jamais il advient qu'un Évêque, même ayant fonction d'Archevêques, de Patriarche ou de Primat ; qu'un Cardinal de l'Église romaine, même Légat, qu'un Souverain Pontife même, avant leur promotion ou leur élévation au Cardinalat ou au Souverain Pontificat, ont dévié de la foi catholique ou sont tombés dans quelque hérésie, la promotion ou l'élévation – même si cette dernière a eu lieu dans l'entente et avec l'assentiment unanime de tous les Cardinaux – est nulle, non avenue, sans valeur ».

S.S. Paul IV

S.S. Paul IV

Mgr Fellay prétend ensuite avec une incroyable impudence se « laisser conduire par l’Histoire de l’Église ». Et là, pour pouvoir justifier son obstination à présenter les antipapes de l’église Conciliaire comme des Papes légitimes de l’Église catholique, il reprend à son compte les accusations et les calomnies lancées au cours de l’Histoire par les ennemis de l’Église à l’encontre de plusieurs Papes du passé.

« Nous nous laissons conduire par l’Histoire de l’Église. Le Pape Honorius fut anathématisé par le VIe Concile œcuménique à cause de ses faux enseignements, mais jamais on n’a prétendu que Honorius n’était pas Pape » affirme-t-il.

C’est vrai, l’Église n’a jamais « prétendu que Honorius n’était pas Pape » (pourquoi l’aurait-elle fait ?), mais elle n’a JAMAIS non plus « anathématisé » le Pape Honorius pour « ses faux enseignements » car il n’a JAMAIS diffusé un seul faux enseignement !

CECI EST UN MENSONGE DE LA FSSPX ET DE MGR FELLAY !

Mais Mgr Fellay n’est pas à son premier mensonge concernant le Pape Honorius 1er

Déjà en 2008, lors d’une conférence donnée au Gabon et ayant pour thème « L’histoire de l’Église nous renseigne » (sic !), il déclara ceci :

« Le Pape Honorius favorisera l’hérésie à tel point qu’après sa mort, sous le Pontificat de Saint Léon II, Honorius sera jugé, condamné, ses restes exhumés, brulés et jetés dans le Tibre. Ces quelques faits de l’Histoire antique de l’Église disent assez que la Tête, le Pape, peut se tromper ».

http://www.laportelatine.org/international/communic/presse/afrique/2008/gabonLSP/LSP165.pdf

Mgr Fellay n’hésite plus à dire n’importe quoi pour sauver ses thèses hérétiques. En effet, contrairement à ce qu’affirme doctement cet ignorant mitré, véritable marionnette entre les mains des clercs infiltrés, le Pape Honorius a toujours été reconnu comme « brillant par sa doctrine » et repose paisiblement dans la crypte de la Basilique Saint Pierre à Rome !

Liste des Papes inhumés dans la Basilique Saint Pierre à Rome, dont le Pape Honorius Ier

Pour connaître la vérité sur le Pape Honorius Ier, nous vous invitons à lire notamment l’ouvrage de l’Abbé Constant en vente aux Éditions Saint Remi.

En complément, voici ce qu’écrit également l’Abbé J.E. DARRAS (recommandé par Pie IX et Mgr de Ségur) dans sa monumentale Histoire générale de l’Église depuis la création jusqu’à nos jours (en vente également aux Éditions Saint Remi) que devrait posséder tous les prêtres et qui fournit un démenti cinglant aux élucubrations impies de Mgr Fellay :

   « Nous possédons enfin le témoignage explicite de l’entière orthodoxie du pape Honorius. Puisque ce pontife ne consentit à sacrer le patriarche des Maronites qu’après la profession de foi par laquelle celui-ci reconnaissait non seulement deux natures, mais deux volontés dans le Christ, l’intégrité de la foi, l’orthodoxie d’Honorius lui-même sont démontrées. C’est un fait clair comme le jour. » (…)

79. Honorius mourut le 12 octobre 638. Son corps fut déposé à la basilique de Saint pierre, dans les caveaux correspondants à l’aile droite de l’édifice actuel, précisément au lieu où le concile œcuménique du Vatican, réuni en 1870, proclama le dogme de l’infaillibilité du souverain pontife en matière de foi et de mœurs. Canonisé de son vivant par les pères du VIe concile de Tolède, canonisé après sa mort par le pape Jean IV, le « divin Honorius » comme l’appella saint Maxime, eut un tombeau glorieux. L’épitaphe gravée sur sa tombe résume ainsi ses mérites, ses vertus et ses œuvres : « Les pieux hommages de notre louange glorifient le grand pasteur, vicaire de Pierre ici-bas, triomphant aujourd’hui dans les cieux. De ce tombeau s’élève rayonnant le pape Honorius, dont l’honneur et le nom magnanime sont immortels. Tenant d’une main ferme le gouvernail du siège apostolique, il a rappelé les égarés à la barque de Pierre (…). Sa doctrine puissante, la régularité sainte de sa vie, l’ont mis au rang des plus grands pontifes.





Notons enfin que les livres accusant le Pape Honorius 1er d’être hérétique ont toujours été condamnés par l’Église.

Comme nous l’avons démontré ici plusieurs fois, en utilisant ce type de mensonges grossiers maintes fois réprouvés par l’Église, Mgr Fellay use et abuse de son autorité pour tromper les âmes et les faire adhérer à des thèses absolument perverses et hérétiques.

Que nous dit, en effet, le Magistère ? Un Pape peut-il vraiment errer dans la foi et diffuser un faux enseignement ? Qu’en est-il précisément du Pape Honorius ?

« On les voit donc mettre en avant avec audace, comme indubitables ou du moins complètement libres, certaines doctrines maintes fois réprouvées, ressasser d’après les anciens défenseurs de ces mêmes doctrines des CHICANES HISTORIQUES, DES PASSAGES MUTILÉS, DES CALOMNIES lancées contre les pontifes romains, des sophismes en tout genre. Ils remettent avec impudence toutes ces choses sur le tapis, sans tenir compte des arguments par lesquels on les a cent fois réfutées » (Pie IX, Bref Dolendum profecto du 12 mars 1870 adressé à Dom Guéranger pour son livre La Monarchie pontificale).

Pie IX

Pie IX

« L'Évangile nous apprend que le Seigneur a prié pour Pierre, lorsqu'il a dit au moment de sa Passion : “J'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point ; à ton tour, confirme tes frères”. Par là il insinuait manifestement que les successeurs de Pierre ne dévieraient PAS UN SEUL INSTANT de la foi catholique, mais que bien plutôt ils y ramèneraient les autres, qu'ils y affermiraient les esprits vacillants ; et en lui accordant ainsi la puissance de confirmer ses frères, il imposait à ceux-ci l'obligation d'obéir à Pierre » (Pape Grégoire VII dans Ad Patriarcham Constantinopolitanum).

« Et ces Pontifes, qui osera dire qu’ils aient failli, même sur un point, à la mission qu’ils tenaient du Christ, de confirmer leurs frères dans la Foi ? » (Benoît XV dans Principi Apostolorum du 5 octobre 1920).

« Au cours de tant de siècles, aucune hérésie ne pouvait souiller ceux qui étaient assis sur la chaire de Pierre, car c’est le Saint-Esprit qui les enseigne » (Pape Saint Léon 1er - Sermon 98).

Saint Thomas d’Aquin

« L’Église universelle ne peut errer, car Celui qui est exaucé en tout au titre de sa dignité a dit à Pierre, sur la profession de foi duquel est fondée l’Église : J’ai prié pour toi pour que ta foi ne défaille point » (Saint Thomas d’Aquin, Somme théologique, supplément de la IIIe  partie, q. 25, a. 1)

« [Les Pères vénérés et les saints docteurs orthodoxes] savaient parfaitement que ce siège de Pierre demeurait pur de toute erreur, aux termes de la promesse divine de notre Seigneur et Sauveur au chef de ses disciples : " J'ai prié pour toi, pour que ta foi ne défaille pas ; et quand tu seras revenu, affermis tes frères " [Lc 22, 32].

Ce CHARISME DE VÉRITÉ ET DE FOI À JAMAIS INDÉFECTIBLE a été accordé par Dieu à Pierre et à ses successeurs en cette chaire, afin qu'ils remplissent leur haute charge pour le salut de tous, afin que le troupeau universel du Christ, écarté des nourritures empoisonnées de l'erreur, soit nourri de l'aliment de la doctrine céleste, afin que, toute occasion de schisme étant supprimée, l'Église soit conservée tout entière dans l'unité et qu'établie sur son fondement elle tienne ferme contre les portes de l'enfer » (Concile Vatican I - Constitution Apostolique Pastor Æternus).

« Tout le monde est donc obligé, sous peine de péché mortel, sous peine d’hérésie et d’apostasie, de croire, du fond du cœur, sans aucune restriction, que le Souverain Pontife ne peut errer lorsqu’il enseigne l’Église. On doit le croire, parce que c’est une vérité divine et révélée, une vérité définie par l’Église. On doit le croire de cœur, et le professer de bouche, comme on croit toutes les autres vérités de la foi : la Trinité, l’Incarnation, la présence réelle, etc.

Si l’on refusait cet acte de foi, on ne pourrait plus recevoir les sacrements : on ne serait plus enfant de Dieu ni de l’Église ».

 « Jamais un Pape ne s’est trompé en enseignant la foi, parce que le Bon Dieu y a pourvu, en maintenant son Vicaire, quel qu’il fût, bon ou mauvais, au-dessus de l’infirmité naturelle de l’intelligence humaine, qui peut toujours se tromper, qui peut toujours faillir » (Mgr de Segur, Le Pape est infaillible).

« Le Pape Honorius n’a aucunement partagé, même comme personne privée, l’erreur des monothélites ; il a, au contraire, pleinement professé la doctrine catholique la plus pure, telle qu’elle fut définie depuis par le Saint-Siège et le sixième Concile » (Mgr de Segur, Le Dogme de l’Infaillibilité préfacé par Pie IX).

« Quelqu’un sera-t-il donc assez fou pour oser penser que la prière de celui pour qui vouloir c’est pouvoir, puisse être sans effet sur un point ? » (Pape Léon IX dans sa Lettre In terra pax du 2 septembre 1053).

Bernard Fellay

Mgr Fellay semble bien se moquer de l’enseignement de l’Église !

Manifestement, Mgr Fellay qui proclame ex cathedra que celui qu’il considère comme « Pape » se trompe dans l’enseignement de la foi et diffuse des hérésies, sous-entend, de fait, que la prière de Notre Seigneur pour que la foi de son Vicaire « ne défaille point » est depuis quarante ans sans effet ! Par quel orgueil impie et diabolique, Mgr Fellay peut-il alors laisser croire que ses « croisades de prières » ou ses « chaines de roses » [8] (?!) pourront avoir plus d’effet que les prières de Notre Seigneur ?

Comment ne pas voir que le Magistère de l’Église ne nous permet pas de penser un seul instant que le Vicaire du Christ puisse errer dans la foi et qu’il est désormais évident qu’un personnage qui se prétend « Pape » mais qui n’enseigne pas la foi catholique ne peut être qu’un antipape ?

Par ailleurs, faire prier les fidèles, à qui on fait croire que le Pape peut se tromper en matière de foi, pour demander à Dieu que le Pape retrouve la foi et restaure l’Église ne peut qu’être une prière stérile et sans grâce compte tenu qu’elle offense gravement Notre Seigneur par le fait de sous-entendre dans cette prière que le Pape peut se tromper alors que l’enseignement de Notre Seigneur et de l’Église disent exactement l’inverse !

Infidèle à son fondateur dont elle censure les positions les plus fermes et rejetant publiquement plusieurs points du Magistère de l’Église, notamment le Dogme de l’Infaillibilité Pontificale, la FSSPX tente régulièrement de faire diversion pour masquer ses trahisons, ses reniements et ses compromissions en multipliant depuis ces dernières années les manifestations de rue, les pétitions et les « bouquets spirituels » où sont comptabilisés les chapelets de ses fidèles dont elle contrôle ainsi la docilité à l’égard de ses consignes.

Cet activisme tous azimuts qui s’accompagne souvent de scandaleuses compromissions n’a qu’un seul but : lui permettre de maintenir aux yeux de ses fidèles une apparence de fermeté pour mieux continuer à diffuser insidieusement auprès d’eux un enseignement faux et impie.

« De combien de blasphèmes contre la foi ne sont-ils pas et ne seront-ils pas longtemps encore peut-être responsables devant Dieu !

« Laissons-les dire : ils se trompent. Ne prêtons pas l’oreille à leurs discours plus ou moins captieux. N’a-t-on pas toujours une cargaison d’arguments au service des plus mauvaises causes ?

« Quels qu’ils puissent être, laïques ou ecclésiastiques, prêtres, Religieux, Évêques même (ce qu’à Dieu ne plaise !), séparons-nous d’eux sans discuter et demeurons à tout prix fidèles à Dieu » (Mgr de Ségur, Le Pape est infaillible).

DE L'INFAILLIBILITÉ PONTIFICALE
Le Rnd Père
Alexandre GALLERANI  LE PAPE EST INFAILLIBLE
Mgr de SEGUR  LE DOGME DE L’INFAILLIBILITE
Mgr de SEGUR  DE LA PRÉTENDUE CHUTE DU PAPE LIBÈRE
M. l’abbé
J-E DARRAS  DE L’INFAILLIBILITE PAPALE & REPONSE AUX DERNIERES OBJECTIONS CONTRE L’INFAILLIBILITE PAPALE
Dom Prosper GUERANGER 

Pour rester fidèles à la foi catholique, dotez-vous des contrepoisons nécessaires !

Les Éditions Saint Remi diffusent sans censure l’enseignement de l’Église à travers les meilleurs auteurs soutenus par les Papes. En les lisant, vous comprendrez aussi pourquoi la FSSPX voue une animosité si forte envers ces éditions qui sont le témoin permanent des mensonges et perfidies de la Fraternité de Mgr Fellay ! 

In Christo Rege.

Résistance catholique



[1] http://resistance-catholique.org/documents/2011/RC_2011-01-24_un-spectacle-revelateur-au-vatican.pdf

[2] http://resistance-catholique.org/documents/2011/RC_2011-01-24_un-spectacle-revelateur-au-vatican.pdf

[3] http://resistance-catholique.org/documents/2011/RC_2011-03-19_IMPORTANT-COMMUNIQUE.pdf

[4] http://resistance-catholique.org/documents/2011/RC_2011-04-23_LE-MEPRIS-DE-RATZINGER-POUR-LA-CROIX.pdf

[5] http://www.dici.org/actualites/une-hirarchie-pour-deux-eglises/

      http://resistance-catholique.org/documents/2010/RC_2010-07-26_D_Dossier_LA-FACE-OCCULTE-DE-LA-FSSPX_DE-KERGORLAY.pdf

[6] http://resistance-catholique.org/documents/2011/RC-2011-02-28_Mgr-Fellay-nie-le-dogme-de-l.Infaillibilite_2.pdf

[7] http://www.dici.org/en/news/ordinations-2011-in-winona-usa-bishop-fellay-sermon/

[8] http://www.dici.org/en/news/ordinations-2011-in-winona-usa-bishop-fellay-sermon/



[A] « S’ils croyaient fermement avec les autres catholiques que le Concile œcuménique est gouverné par le Saint Esprit, que c’est uniquement par le souffle de cet Esprit divin qu’il définit et propose ce qui doit être cru, il ne leur serait jamais venu en pensée que des choses, ou non révélées, ou nuisibles à l’Église, pourraient y être définies et imposées à la foi, et ils ne s’imagineraient pas que des manœuvres humaines pourront arrêter la puissance du Saint Esprit et empêcher la définition de choses révélées et utiles à l’Église. Ils ne se persuaderaient pas qu’il ait été défendu de proposer aux Pères en la manière convenable, et dans le but de faire ressortir avec plus d’éclat la vérité par la discussion, les difficultés qu’ils auraient à opposer à telle ou telle définition. S’ils n’étaient conduits que par ce motif ; ils s’abstiendraient de toutes les menées à l’aide desquelles on a coutume de capter les suffrages dans les assemblées populaires, et ils attendaient dans la tranquillité et le respect, l’effet que doit produire la lumière d’en-haut. » Pie IX, Lettre Dolendum profecto du 12/03/1870.