MORTALIUM ANIMOS :

L’ENCYCLIQUE QUI CONDAMNE AUSSI LA FSSPX !

Depuis quelques semaines nous assistons à la diffusion au sein de la FSSPX de quelques articles et éditoriaux fustigeant la prochaine foire des religions à Assise annoncée par l’antichrist Benoît XVI le 1er janvier dernier. La plupart d’entre eux font naturellement référence à la Lettre Encyclique Mortalium Animos par laquelle Pie XI condamne ce type de rassemblements (et il ne visait, à l’époque, que les réunions entre « chrétiens »).

Assise 1986   Bernard Fellay - Joseph Ratzinger

Mais derrière cette apparente fermeté, la FSSPX évite soigneusement d’évoquer l’autre enseignement de cette Encyclique, à savoir l’impossibilité pour l’Église et le Pape de s’égarer en matière de foi. Contrainte d’admettre que Benoît XVI n’enseigne effectivement pas la véritable doctrine catholique, la FSSPX s’obstine, malgré tout, à reconnaître opiniâtrement cet apostat public comme le Vicaire du Christ, rejetant ainsi de fait le Dogme de l’Infaillibilité.

Les articles récents, tels que ceux des abbés de Cacqueray, Barrère ou Wailliez, relayés par leurs sites de propagande, ont été l’occasion pour la FSSPX de développer à nouveau sa position impie et hérétique selon laquelle l’Église et le Pape peuvent errer dans la foi.

L’Encyclique Mortalium Animos rappelle l’interdiction absolue pour un catholique (et a fortiori pour un évêque catholique !) d’établir et entretenir un quelconque rapport avec ceux qui, précisément comme Benoît XVI, ne professent pas « la doctrine du Christ, entière et pure » :

« Personne sans doute n'ignore que saint Jean lui-même, l'Apôtre de la charité, (…) interdisait de façon absolue tout rapport avec ceux qui ne professaient pas la doctrine du Christ, entière et pure : "Si quelqu'un vient à vous et n'apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison et ne le saluez même pas" (Jean. II, 10) »

Bernard Fellay - Joseph Ratzinger  Bernard Fellay - Joseph Ratzinger - Hoyos

Il y en a un, visiblement, qui ignore cet enseignement, c’est Mgr Fellay !

Les actes publics d’apostasie que ne cessent de multiplier la secte conciliaire et ses chefs apparaissent de plus en plus clairement comme un châtiment destiné à éprouver la foi des fidèles qui, pour demeurer catholiques, sont obligés de se détacher de ces faux pasteurs et de leurs affidés de la FSSPX.

Ce châtiment permet aussi de mettre en lumière l’aveuglement dans lequel tombent et s’entêtent ceux qui refusent de se soumettre humblement au Magistère infaillible de l’Église et des Papes.

C’est ainsi que, piétinant allègrement et le plus doctement du monde l’enseignement immuable de l’Église sur l’Infaillibilité de l’Église et du Pape, les abbés de la FSSPX soutiennent les pires mensonges.

Selon eux, « plusieurs papes, dans le passé, sont tombés dans l’hérésie » et « les papes n’utilisent que très rarement leur infaillibilité » (?!). L’abbé Benoît Wailliez parle des « erreurs doctrinales et/ou morales possibles du pape »[1]  avant de citer un certain nombre de prétendus errements doctrinaux de papes du passé alors que l’Église a toujours démontré qu’il ne s’agissait là que de calomnies fabriquées et colportées par les ennemis de l’Église et les anti-infaillibilistes.

Abbé Régis de Cacqueray Abbé Benoît Wailliez Abbé Pierre Champroux Abbé Dominique Rousseau Abbé Pierre Barrère Abbé Jean-Yves Tranchet

Les abbés de Cacqueray, Wailliez, Champroux, Rousseau, Barrère et Tranchet mis à l’honneur par
La Porte latine pour leurs mensonges et leur infidélité à l’enseignement de l’Église dont ils prétendent pourtant être les meilleurs défenseurs !

Pour tenter de masquer son hérésie, la FSSPX reprend donc aujourd’hui à son compte ces mensonges historiques qu’elle présente comme des certitudes théologiques issues de la Révélation.

Tout en proclamant pieusement « nous aimons Notre Seigneur Jésus-Christ. Nous avons Foi dans Ses paroles », l’abbé Dominique Rousseau a l’audace de contredire, dans le même article, la promesse même faite par Notre Seigneur à Saint Pierre et à ses successeurs de ne jamais défaillir dans la foi, en prétendant que celui qu’il reconnaît comme Pape « humilie l’Église »[2] par ses actes et son enseignement !

Nous adresserons alors à ces abbés, toujours prompts à donner des leçons aux Ecclesia Dei ou aux conciliaires, leurs propres avertissements bien impudents : 

« Ceux qui s’abritent derrière d’indignes arguties et osent les enseigner font le jeu du mensonge. Ils trompent les âmes en matière grave et favorisent la perte de la Foi. Ils auront à rendre compte de leurs silences et de leurs complicités coupables »[3].

« L’exemple du peuple Juif est terrifiant. Pourquoi a-t-il cessé d’être le peuple de Dieu, sinon parce qu’il est devenu infidèle à force de mépriser ses grâces ? »[4].

Mais n’est-ce pas, précisément, ce qui est arrivé à la FSSPX ?

« Examinez-vous vous-mêmes pour voir si vous êtes dans la foi ; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas vous-mêmes que Jésus-Christ est en vous ? À moins, peut-être que vous ne soyez réprouvés » (2 Cor. 13,5) 4

Nous reviendrons ces prochains jours ainsi que tout le long de cette année sur ces articles et sermons des clercs de la FSSPX qui diffusent un enseignement en totale opposition avec le Magistère Infaillible de l’Église.

Mais avant tout, nous tenons à vous communiquer l’intégralité du texte de l’Encyclique Mortalium Animos de Sa Sainteté Pie XI qui donne un éclairage tout particulier sur l’étrange théologie de la FSSPX.

In Christo Rege

Résistance catholique



[1] http://www.laportelatine.org/formation/crise/silenceFssp_Hygonnet1101/silence1101.php

[2] http://www.laportelatine.org/formation/crise/AssiseRousseau1102/JesusContreAssise1102.php

[3] http://www.laportelatine.org/district/france/bo/CacquerayPolyeucteAssise110119/Cacqueray110119.php

[4] http://www.laportelatine.org/formation/crise/AssiseTranchet1102/AssiseApostasie1102.php