UN SPECTACLE REVELATEUR AU VATICAN

Lors de l’audience générale du 15 décembre dernier, au cœur du temps pénitentiel de l’Avent et après ses propos infâmes justifiant, « dans certains cas », l’usage du « préservatif » notamment par un « prostitué » (sic !), celui que le monde nomme Benoît XVI a franchi un pas supplémentaire dans l’abjection morale en présentant à des milliers de fidèles réunis dans la salle Paul VI du Vatican (et parmi eux, aux clercs, religieux mais aussi aux nombreux enfants présents !) un numéro d’acrobatie particulièrement scandaleux par son caractère provoquant et indécent. Les images parlent d’elles-mêmes…

« Celui qui scandalisera un de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui suspende une meule à âne autour du cou et qu’on le précipite au fond de la mer » (Mat. 18, 6).

 

Sourire complice du patron du Vatican à la vue des torses nus et musclés des acrobates pro-gays

Peu de temps après ce nouveau scandale, nous avons appris que la plastique de ces quatre impudiques acrobates italiens, que semble tant apprécier l’« antichrist » Benoît XVI, ainsi que la « sensualité et l’homo-érotisme » de leur mise en scène leur avait permis d’être sélectionnés pour représenter l’Italie dans le cadre du Festival du Cirque Gay de Barcelone, en 2008 [[1]] !

Pellegrini Brothers Strip for Pope 6 

Benoît XVI et son secrétaire particulier, Georg Gaenswein, étaient ravis ! Ratzinger a même tenu à se lever pour les remercier et leur adresser un salut appuyé ! [[2]]

Comme le montrent les différentes photos et vidéos, le locataire du Vatican et une partie des membres de la Curie conciliaire présents autour de lui ont admiré ce spectacle avec une certaine délectation, si bien qu’à l’exemple de leur chef, ces pseudos clercs et évêques, apostats et immoraux, n’ont pas détournés leur regard une seule seconde devant le corps à demi nu et tout en muscles des frères Pellegrini qui, pendant dix minutes, vêtus d’une tenue blanche très moulante et après avoir pris un indéniable plaisir à découvrir leur torse en début de représentation, exécutèrent devant eux un numéro d’acrobatie très suggestif…

C'est donc à un spectacle d'une dizaine de minutes, fait particulièrement rare lors d’une audience publique, auquel a eu droit l’antipape Benoît !

http://www.youtube.com/watch?v=cp6ni9OsuJI&feature=player_embedded

http://blogues.cyberpresse.ca/therrien/2010/12/16/le-pape-et-les-chippendales/

Voici quelques images, notamment du début de leur prestation, devant lesquelles une seule question s’impose à l’esprit catholique :

Un tel spectacle aurait-il été imaginable sous un vrai pape tel que Saint Pie X ou Pie XII ?

Les religieuses présentes étaient, quant à elles, en pleine effervescence et frétillaient sans pudeur devant ce spectacle de « chippendales » auquel elles n’ont pas vraiment habituellement le loisir de participer… Mais il leur aura fallu venir au Vatican pour pouvoir admirer de beaux muscles mâles… avec la bénédiction du bon « pape Benoît » si cher aux milieux « catholiques traditionalistes » et à Mgr Fellay qui, sans vergogne, ne cessent de le présenter comme un « ferme défenseur de la morale face à un monde hédoniste » !! 

  

 

  

Alors qu’elle est déjà engluée dans de multiples scandales de mœurs et de pédophilie dont se délectent les ennemis de l’Église, aidés en cela dans leur tâche par les milieux dit de « Tradition », et tout particulièrement par la FSSPX, qui persistent à présenter cette secte moderniste et immorale qu’est l’église Conciliaire comme l’Église catholique au lieu de la dénoncer pour ce qu’elle est, une fausse « Eglise », la Rome des antichrists continue imperturbablement à étaler ses perversités les plus innommables jubilant ainsi de voir que ceux qui devraient dénoncer ses chefs comme des imposteurs perfides, au contraire, les courtisent et discutent avec eux dans une déférence très obséquieuse.

 les-acrobates-du-vatican-avaient-partici

A l’occasion du Gay Circus de 2008, le directeur de l'événement, Genís Matabosch, a clairement déclaré que l'objectif de ces trois jours-spectacle était sans conteste « la promotion de l'homosexualité »[[3]]

Le plus grave est que cela ne choque plus personne. Même ceux qui s’affirment « traditionalistes » semblent s’être familiarisés avec ce type de scandale.

Mais, au fait, qu’en pense Mgr Fellay ? Une fois de plus, l’évêque suisse est resté étrangement silencieux sur ce nouveau scandale du chef de l’église Conciliaire à laquelle il demande à être « intégré » et reconnu comme « évêque catholique » (sic !).

En 1846, dans son message de La Salette qui fut combattu très vite par de nombreux clercs, Notre Dame nous avait donné cet avertissement :

« Les prêtres, ministres de mon Fils, les prêtres, par leur mauvaise vie, par leur irrévérence et leur impiété à célébrer les saints mystères, par l’amour de l’argent, l’amour de l’honneur et des plaisirs, les prêtres sont devenus des cloaques d’impureté. Oui, les prêtres demandent vengeance, et la vengeance est suspendue sur leurs têtes. Malheur aux prêtres et aux personnes consacrées à Dieu, lesquelles, par leurs infidélités et leur mauvaise vie, crucifient de nouveau mon Fils !

Sur certains blogs et forums, toujours prompts à dédouaner Benoît XVI, certains ont tenté immédiatement, comme à leur habitude, de rejeter la responsabilité sur son « entourage » qui ne l’aurait pas informé des « antécédents » des frères Pellegrini [[4]].

L’échappatoire est un peu facile !

Car, quelque soit son degré d’information sur ce point, Ratzinger aurait très bien pu faire arrêter ce spectacle sur le champ ou refuser de le regarder ! Et puis, tant qu’on y est, pourquoi ne pas nous dire aussi que les membres de son entourage avaient sans doute installé un mécanisme sous son siège pour l’obliger à se mettre debout à la fin du numéro et lui commander ainsi de saluer ses invités avec le sourire ? Quand la mauvaise foi et l’aveuglement rejoignent le grotesque…

Mais remarquons bien que ce subterfuge sophistique particulièrement malhonnête et trompeur est assez récurent. Il se retrouve d’ailleurs dans la bouche de Mgr Fellay et de la plupart des clercs de la FSSPX, formatés à cette dialectique pernicieuse.

En effet, dès que l’image du « bon pape désireux de restaurer la Tradition » est mise à mal, on nous explique que « Benoît XVI s’est laissé influencer », qu’il a sûrement été « mal informé » ou que ce sont les « prélats modernistes » qui lui ont « imposé » tel discours ou telle initiative... Comme si Ratzinger n’était pas lui-même un de ces modernistes ! Ainsi, lorsque les actes qu’il pose les gênent, ces idolâtres aveuglés les imputent aussitôt à son « entourage progressiste » ou à sa « formation empreinte de modernisme » qu’il subirait malgré lui… A l’inverse, lorsqu’ils veulent se persuader et surtout persuader les fidèles qu’il agit dans le sens de la « Tradition », ils saluent avec emphase « son courage » et son « cœur traditionnel ». Et puis, ils nous l’assurent avec insistance : « là, c’est vraiment un acte personnel de Benoît XVI » qui a réussi à « s’opposer à la pression des progressistes » !

Avec de tels raisonnements, nous ne sommes plus dans la foi catholique,
mais dans la science-fiction !

L’attitude pitoyable et perfide de la FSSPX et de ses dirigeants

Encore une fois, Mgr Fellay se tait et continue, par une impudence sans égal, à vouloir convaincre ses fidèles que son cher « pape Benoît XVI » a commencé à « restaurer la Tradition ».

Le 27 décembre 2010, soit 12 jours après ce spectacle abject au Vatican, Mgr Fellay déclara au journal Les Nouvelles calédoniennes [[5]:

« Le pape revient aux idées traditionnelles. Il voit très bien qu’il y a une déviation et qu’il faut la corriger. On est peut-être beaucoup plus proche du pape qu’il n’y paraît ».


Crédit photo: www.lnc.nc

« Nous souhaitons que Rome nous reconnaisse comme de vrais évêques (…)D’ailleurs le pape dit qu’il y a seulement un problème d’ordre canonique. Il suffit d’un acte de Rome pour dire que c’est fini et nous rentrons dans l’Eglise. Ça viendra. Je suis très optimiste ».

Le 9 janvier dernier à Paris, Mgr Fellay n’a aucunement démenti ces propos. Au contraire ! Une semaine après l’annonce du renouvellement du congrès des religions à Assise dont il a fait une critique toute feutrée en prenant soin de préserver Ratzinger [[6]], il persiste en affirmant :

« Un début de restauration a commencé (…) Encore une fois, il y a un mieux » [[7]].

Cet évêque qui use du mensonge aussi grossièrement
est vraiment devenu un scandale pour les âmes !

Mais la palme du ridicule et de la veulerie revient sans aucun doute à l’abbé de Cacqueray si l’on met en parallèle les images de ce spectacle répugnant convié par Ratzinger avec les éloges dithyrambiques que le Supérieur du District de France faisait il y a quelques mois à l’égard de ce Vicaire de l’Antéchrist qu’il présentait comme un martyr !

Voici ce qu’il écrivait dans la Lettre aux Amis et Bienfaiteurs n°76 [[8]] :

- « Benoît XVI n’imaginait probablement pas que son pontificat serait un tel chemin de croix » !

- « Jamais, de mémoire d’homme, le vicaire du Christ n’avait été aussi maltraité et ridiculisé de son vivant et cela parce qu’il s’est contenté de défendre la morale catholique » nous assurait-il.

L’abbé de Cacqueray n’hésitait pas ensuite à faire une comparaison blasphématoire du « pontificat » de « ce vieil homme », c'est-à-dire de celui que Mgr Lefebvre qualifiait de « serpent » et d’« antichrist », avec la  « Passion de Notre Seigneur Jésus Christ » !

Puis, en conclusion, il rajoutait ces dernières élucubrations :

« Aujourd’hui, nous demeurons des bannis de l’Église (…). Nous demandons pour nous-mêmes la grâce de ne pas abandonner, dans son infortune, celui dont le nom peut déjà être inscrit sur la liste des pontifes persécutés. Nous demandons pour lui, s’il doit continuer à faire l’amère expérience de la preuve par le vide, qu’il sache alors distinguer que ces bannis de l’Église étaient bien ses amis et ses fils les plus fidèles ».

Pellegrini Brothers, gay circus 1    Pellegrini Brothers Strip for Pope 6  

Le « bon pape Benoît » saluant ses invités aussi à l’aise au Vatican que devant un public homosexuel :
un nouveau martyr qui ne fait que « défendre la morale catholique » selon l’abbé de Cacqueray !
Les prêtres et les fidèles de la FSSPX sont « ses amis » et « ses fils les plus fidèles » insistait-il !
Mais jusqu’à quels bas-fonds de trahison doctrinale et morale cet abbé, qui s’est aujourd’hui totalement discrédité, continuera-t-il encore à traîner l’œuvre de Mgr Lefebvre ?

L’abbé de Cacqueray se dressait en preux chevalier défenseur du « pape Benoît XVI » en fustigeant ceux qui « viennent faire la morale à un vieillard dont la vie privée n’offre aucune prise à leur soif de scandale » !

Mais en est-il si sûr ? Est-il, en effet, un intime de Joseph Ratzinger pour se porter ainsi garant de sa « vie privée » ?

A suivre…

In Christo Rege.

Résistance catholique



[1] http://www.infocirco.com/noticia.php?id=405

[2] http://www.zenit.org/rssfrench-26402

« Ce numéro de main à main des quatre frères, a duré une dizaine de minutes. Le pape les a suivis attentivement en souriant puis s'est levé pour les saluer. Ils sont allés eux-mêmes saluer le pape à la fin de l'audience, au moment des entretiens particuliers ».

[3] http://www.amicidelcirco.net/index.php?option=com_content&task=view&id=499&Itemid=2

[4] http://www.osservatore-vaticano.org/actes-du-pape/apres-le-gay-circus-le-vatican

[5] http://www.lnc.nc/pays/186-interview/231117-l-nous-ne-sommes-pas-des-martiens-r.html

[6] Mgr Fellay et l’abbé de Cacqueray ne sont-il pas, en effet, incapables de déclarer solennellement comme l’avait fait Mgr Lefebvre que Ratzinger ainsi que « ceux qui occupent les postes d’autorité à Rome » sont des « antichrists » ?

Pourraient-ils déclarer à l’exemple de celui sans qui ils ne seraient rien :

« Quelle conclusion devrons-nous tirer, peut-être dans quelques mois, devant ces actes répétés de communication à des faux cultes ? Je ne sais pas. Je me le demande. Mais il est possible que nous soyons dans l’obligation de croire que ce pape n’est pas pape.

Car il semble à première vue — je ne veux pas encore le dire d’une manière solennelle et formelle — mais il semble à première vue — qu’il soit impossible qu’un pape soit hérétique publiquement et formellement.

Notre Seigneur lui a promis [au successeur de Pierre] d’être avec lui, de garder sa foi, de le garder dans la foi. Comment celui auquel Notre Seigneur a promis de le garder dans la foi définitivement et sans qu’il puisse errer dans la foi, peut-il en même temps être hérétique publiquement et quasi apostasier ?

Voici un problème qui vous concerne tous, qui ne concerne pas moi seulement » (Mgr Lefebvre, homélie de Pâques du 30 mars 1986) ?

Pour ne pas nuire aux sacro-saintes « discussions doctrinales » mais aussi du fait de leurs engagements secrets par lesquels les 4 évêques de la FSSPX ont « exprimé leur reconnaissance du principe du Pape et de son autorité de Pasteur » (allusion faite par Benoît XVI dans sa Lettre aux évêques du 12 mars 2009), de telles déclarations remettant en cause explicitement la légitimité de l’église Conciliaire et de son chef sont aujourd’hui impossibles. C’est là, précisément, que réside leur trahison : leur souci de respectabilité passe au-dessus du souci premier qui devrait être le leur : la défense de la Vérité sans aucune concession !

Depuis l’annonce de la prochaine foire des religions à Assise et après être restés silencieux ces dernières années sur les nombreux actes d’apostasie posés par Ratzinger qu’ils ont, au mieux, pour certains d’entre eux, à peine et tardivement évoqués pour seulement les « déplorer » ou les « regretter », les voilà donc qui, tout à coup, pontifient par des articles et des déclarations de circonstance en affichant une indignation toute biaisée. A quand une nouvelle « croisade du rosaire » ?

Car, par cette apparente opposition qui feint l’opposition réelle, la FSSPX soutient, de fait, le processus moderniste révolutionnaire par le seul fait de reconnaître une légitimité aux pontifes et aux « évêques » de cette fausse « Eglise » qui ÉCLIPSE l’Église catholique.

En effet, faisant fi des avertissements du Ciel pour notre temps, la FSSPX refuse d’admettre que l’église Conciliaire, avec sa fausse et invalide hiérarchie, « éclipse » l’Église catholique qui, comme l’annonçait le cardinal Pie est aujourd’hui « ramenée à des proportions simplement individuelles et domestiques ». Les dirigeants de la FSSPX préfèrent ignorer les paroles de Notre Dame à La Salette ainsi que l’enseignement de Notre Seigneur qui a promis à Son Église et à Son Vicaire de ne JAMAIS errer dans la foi pour, au contraire, affirmer et enseigner que, depuis plus de 40 ans, « l’Eglise et le Pape errent dans la foi et ne transmettent plus la foi » !  

Pour cela, les clercs de la FSSPX sont obligés de faire subir au Magistère de multiples contorsions pour l’ajuster à leurs erreurs doctrinales.

Par des sophismes et des références éculées relatives aux prétendus errements de papes passés (article de l’abbé Benoît Wailliez sur La Porte Latine), allégations mensongères maintes fois condamnées par l’Église (nous y reviendrons…), la FSSPX tente de justifier ses positions hétérodoxes pour pouvoir ainsi, sous couvert de bonnes intentions (discuter de doctrine…), travailler parallèlement à intégrer cette « Eglise » qui N’EST PAS catholique !

[7] http://www.dici.org/actualites/3-en-raison-des-entretiens-theologiques-en-cours-la-fraternite-saint-pie-x-est-elle-contrainte-a-rester-discrete-mgr-bernard-fellay/

[8] http://www.laportelatine.org/district/france/bo/cacquerayMondevsPapaute/Cacqueray100505.php