Logo Résistance Catholique


LA FSSPX PERSITE DANS

SES IMPIÉTÉS ET MANŒUVRES PERFIDES

« C’est alors surtout que les chrétiens fidèles devront se souvenir des avis de l’Apôtre, et se conduire avec la circonspection qu’il recommande, mettant tous leurs soins à garder pure leur intelligence non moins que leur volonté, dans ces jours mauvais (…) car la lumière n’aura point alors à subir seulement les assauts des fils de ténèbres étalant leurs perverses doctrines ; elle sera plus encore, peut-être, amoindrie et faussée par les défaillances des enfants de lumière eux-mêmes sur le terrain des principes, par les atermoiements, les transactions, l’humaine prudence des prétendus sages ».

Dom Guéranger, extrait du sermon sur l’Épître de St Paul aux Éphésiens (V- 15-21)
du XXème dimanche après la Pentecôte tiré de « L’Année Liturgique ».

The clergy of the SSPX behind the conciliar counterfeit priest FSSPX, Lourdes 2008 

En 2008, mélangés aux conciliaires et aux Ecclesia Dei : le petit « Assise » de la FSSPX à Lourdes…

Plus les intentions et manœuvres rallieuses de la FSSPX se confirment et apparaissent au grand jour, plus la FSSPX développe en parallèle de nombreux artifices destinés à faire diversion.

C’est ainsi que, ces derniers mois, tout en diffusant régulièrement des communiqués, allusions ou articles particulièrement complaisants envers Benoît XVI pour favoriser insidieusement le ralliement, le site officiel de propagande du District de France, La Porte Latine, ainsi que les diverses publications de la FSSPX organisent en continu un très subtil et pervers matraquage médiatique multiforme pour mieux conditionner l’opinion en lui donnant l’illusion que la FSSPX n’a « rien lâché et continue le bon combat » : lancement d’un projet de film sur Mgr Lefebvre, appels à s’associer à la 3e « croisade du rosaire » (de 12 millions de chapelets cette fois !), communiqués grandiloquents pour dénoncer par exemple l’entrée de Simone Veil à l’Académie Française (nous aimerions entendre l’abbé de Cacqueray nous dire en quoi cela concerne l’Église et la FSSPX…), appels réguliers à signer diverses pétitions et multiplication des engagements tous azimuts sur le plan politique par des prises de position notamment contre le travail le dimanche, la construction de minarets en Suisse, le vote d’une loi sur l’euthanasie, etc. …

Autant de sujets qui permettent à l’abbé de Cacqueray de « rouler les mécaniques » et de faire oublier ses silences et ses trahisons ainsi que ceux de son Supérieur, Mgr Fellay…

   Abbé Régis de Cacqueray (FSSPX)

Les fidèles sont déjà noyés sous un flot régulier d’informations diverses lorsqu’ils s’aventurent à consulter le très pernicieux site du District de France. Mais par ces apparences de fermeté grossièrement entretenues (comme la récente critique toute de façade, comme nous le verrons dans les pages suivantes, des communautés Ecclesia Dei par l’abbé Legrand de Versailles), le District de France vise à détourner l’attention des fidèles pour éviter toute réaction salutaire de leur part contre les manœuvres de ralliement entreprises par la Direction de la FSSPX.

En fidèle et servile « petit caporal » aux ordres de son « chef », l’abbé de Cacqueray était, pour la FSSPX, la personne idéale pour mettre en œuvre et maintenir en France, au moment des « étapes » décisives du ralliement de la FSSPX à la Rome antichrist, l’illusion d’un semblant de fermeté.

Mgr Fellay ne s’y est pas trompé en le nommant. Le clan des infiltrés qui l’entoure ne pouvait rêver mieux !

Sous son autorité, tous les moyens de communication (revues, éditions, internet,…) ont été définitivement placés sous le contrôle des clercs subversifs, partisans du ralliement.

Désormais, tous les bulletins des prieurés ainsi que la plus banale publication d’un abbé de la FSSPX doivent recevoir obligatoirement l’aval du « comité de censure » de Suresnes sous peine de sévères remontrances voire de sanctions.

Toute réelle critique envers Ratzinger est aujourd’hui interdite. Il ne doit plus être présenté comme un « ennemi » mais plutôt comme un homme « favorable à la Tradition » qui resterait seulement, nous dit-on, « prisonnier de sa mauvaise formation et de son entourage » (?!).

C’est ainsi qu’insidieusement, par cette subtilité perverse et mensongère, Ratzinger est passé du statut d’« antichrist » et d’« ennemi de l’Église » condamné comme tel par Mgr Lefebvre à celui de « conservateur » de « bonne volonté » devenu l’ami de la « Tradition » et de Mgr Fellay !

Jamais à cours de balivernes destinées à faire aduler le chef de la Rome moderniste, c'est-à-dire le chef de ceux que Saint Pie X considérait comme les « pires ennemis de l’Église », Mgr Fellay ne recule désormais devant aucun mensonge aussi gros soit-il.

Afin de justifier sa politique de « préalables » et les « discussions » engagées avec la Rome antichrist, Mgr Fellay a ainsi déclaré, sans rire, que Benoît XVI souhaitait « se servir de la FSSPX pour contrer le progressisme » (kreuz.net) !!

Nous aurons vraiment tout entendu !

Dans cette course folle au ralliement, ces tromperies instillées régulièrement depuis ces dernières années permettent aujourd’hui à la FSSPX, pour masquer son ralliement, de faire croire à la légitimité de ses « discussions doctrinales » engagées avec la Rome apostate sous le fallacieux et impie prétexte de faire retrouver la foi à celui qu’elle considère pourtant comme le « Pape » (c'est-à-dire, par définition, celui qui est la règle même de la foi dans l’Église !!) et ainsi « aider l’Église à retrouver sa Tradition » (?!).

Comme si l’Église de Notre Seigneur pouvait se séparer un seul instant de sa Tradition !

L’abbé de la Rocque, hilare, brandissant fièrement une bouteille de champagne dans son prieuré à Nantes

Un des pseudo-« théologiens » de la FSSPX pour qui l’Église et le Pape peuvent « errer dans la foi » !

L’abbé de la Rocque, hilare, brandissant fièrement une bouteille de champagne dans son prieuré à Nantes après l’imposture de la prétendue levée de la pseudo-excommunication par le chef de la Contre-Église !

Orgueil, fanfaronnade, infantilisme… sont pour lui autant de subterfuges lui permettant de masquer ses tromperies.

Saint Alphonse de Liguori

« Ceux-là sont la peste et la ruine de l’Église qui prétendent, et veulent que le Pasteur suprême puisse errer dans ses jugements en matière de foi »

Saint Alphonse de Liguori

L’œil de Moscou-Suresnes veille donc et dissuade ainsi les abbés qui seraient tentés d’émettre le plus petit doute sur les manœuvres de ralliement de Mgr Fellay ou sur l’imposture sacrilège de ses « croisades du rosaire » destinées à persuader les fidèles qu’ils ont obtenu par leurs prières ce qui a été, depuis longtemps, conclu en coulisse entre Rome et Menzingen pour faciliter et justifier le ralliement de la FSSPX.

Même les pèlerinages ont été détournés à des fins de propagande pro-ralliement et sont devenus la tribune de la politique perfide des autorités de la FSSPX.

Les derniers pèlerinages du Christ-Roi à Lourdes en sont la parfaite et tragique illustration.

Aussi, nous vous invitons à lire ou relire les documents relatifs au pèlerinage du Christ-Roi de 2008 en cliquant sur les liens suivants :

http://www.resistance-catholique.org/documents/2008/RC_2008-11-03_Le-scandale-oecumenique-de-le-FSSPX-a-Lourdes.pdf

http://www.resistance-catholique.org/documents/2008/RC_2008-11-03_Une-ceremonie-diffusant-des-heresies.pdf

http://www.resistance-catholique.org/documents/2008/RC_2008-11-16_Lutilisation-des-eglises-conciliaires-par-la-FSSPX.pdf

I – Démagogie et œcuménisme rallieur

Après le scandale œcuménique de 2008, la FSSPX a préféré, lors du dernier pèlerinage de Lourdes, éviter de se joindre aux conciliaires pour la procession aux flambeaux du samedi soir. Mais l’abbé de Cacqueray et les autres clercs subversifs de Suresnes ont tout de même voulu nous en mettre plein la vue.

C’est ainsi que dès fin septembre, nous pouvions lire sur le site officiel de désinformation du District de France ce titre ronflant annonçant le prochain pèlerinage du Christ Roi à Lourdes :

« 1er pèlerinage mondial de la Tradition catholique ».

Pas moins !

Cet affichage à connotation quelque peu mondialiste (modifié plusieurs jours après…) qu’ont laissé échapper les responsables du District de France sur leur site de propagande est particulièrement significatif de leur orgueil sans limite et de leur dérive démagogique.

En effet, évoquer le fait qu’il s’agit du plus important pèlerinage de la FSSPX, pourquoi pas. Mais quel est le sens et le but d’un tel slogan démagogique ?

Copie d’écran de la page d’accueil de La Porte Latine en date du 27 septembre 2009

La Porte Latine a donc ensuite changé furtivement son annonce qui est devenue :

« 1er pèlerinage international de la Tradition catholique » :

http://www.laportelatine.org/district/chartres/lourdes2009/lourdes2009.php#prog09

Déjà, dans son mot clôturant le pèlerinage du Christ-Roi de 2007, l’abbé de Cacqueray annonçait qu’en 2008 le « grand pèlerinage du 150e anniversaire » serait « probablement décrété international par la FSSPX » (?!). Ce qui fut fait…

Pour l’écouter :   http://www.laportelatine.org/communication/audiotheque/sermons2007/audiotheque2007.php

Puis, en 2009, la FSSPX nous a remis cela et même en a rajouté en parlant du « 1er pèlerinage international de la Tradition catholique » !

Mais que cela signifie-t-il ?

Le pèlerinage du Christ-Roi à Lourdes a toujours été présenté comme un pèlerinage international, ce qu’indiquent bien ces tracts de 2004 et de 2005 notamment.

 

Alors, pourquoi avoir parlé cette fois-ci du « 1er pèlerinage international » ?

Pourquoi chercher toujours à se mettre en avant aussi grossièrement par de telles surenchères ridicules ?

De tels détails sont-ils importants aux yeux de Dieu ?

Et puis, qui l’abbé de Cacqueray intègre-t-il dans la « Tradition catholique » ?

Sont-ce les ralliés Ecclesia Dei de la Fraternité Saint Pierre ou de l’Institut du Christ-Roi qui ont accepté Vatican II et dont la plupart des sacrements sont aujourd’hui invalides en raison de leurs « ordinations » qui, même dites selon l’ancien rite, ont été effectuées après 1988 par des pseudo-évêques de l’église Conciliaire « ordonnés » dans le nouveau rite invalide de 1968 ?

L’abbé de Cacqueray considère-t-il également les ralliés de l’Institut du Bon Pasteur ou du Barroux, qui ont défendu la liberté religieuse dans plusieurs de leurs écrits, comme étant des groupes composant, aux côtés de la FSSPX, ce qu’il appelle la « Tradition catholique » ?

Pour reprendre ses propres termes qu’il a utilisés dans la Lettre aux Amis et Bienfaiteurs n° 73, tous ces « Instituts et Fraternités régularisés » qui ont rejoint l’église Conciliaire et dont « un certain nombre d’entre eux » sont devenus « peu à peu les défenseurs et les chantres » de « terribles scandales destructeurs de la foi » font-ils partie pour lui de la « Tradition catholique » ?

Nous attendons ses réponses…

Mais le 2e Assistant du Supérieur du District de France, l’abbé Jacques Laguérie, semble nous avoir déjà répondu.

En effet, lors de la procession aux flambeaux du samedi soir, le frère aîné du Supérieur de l’Institut du Bon Pasteur, lança un appel pressant… à l’unité des traditionalistes :

« Il faut travailler pour l’unité, l’unité de l’Église, l’unité même des traditionalistes » !!

Abbé Jacques Laguérie

Pour écouter l’abbé Laguérie cliquer sur le lien suivant : http://www.dici.org/?p=12992 (7mn 09s)

Hier, la FSSPX dénonçait les groupes Ecclesia Dei.

Aujourd’hui, ses supérieurs appellent à s’unir avec eux !

De tels discours, inimaginables encore il y a quelque temps, deviennent désormais publics. Initié dans l’ombre depuis plusieurs années au sein de cercles occultes ou think-tanks (sur lesquels nous reviendrons prochainement), l’œcuménisme conciliaro-traditionaliste développé aujourd’hui de plus en plus ouvertement par les supérieurs de la FSSPX et leurs différentes courroies de transmission ne choque même pas et ne soulève aucune réaction, montrant ainsi à quel point le conditionnement des prêtres et des fidèles a été efficacement mené.

Assurés désormais que la grande majorité des fidèles ne réagira pas, les supérieurs et certains clercs de la FSSPX ne cachent d’ailleurs plus leurs rencontres avec les modernistes et les ralliés.

Nous avions déjà souligné dans des précédents dossiers la présence de l’abbé Aulagnier de l’Institut du Bon Pasteur à une conférence de Mgr Fellay à Paris en 2007 aux côtés de l’abbé Celier.

Nous avons également plusieurs fois évoqué la participation régulière de clercs de la FSSPX (abbés Lorans, Celier, de Cacqueray…) aux réunions du G.R.E.C. qui se déroulent à huis-clos à Paris une fois par mois environ.

Ce groupe qui se dit lui-même « discret mais pas secret » rassemble depuis 1998, selon l’un de ses membres fondateurs, Mme Huguette Pérol (Cf. La tempête apaisée, éditions F-X de Guibert, p. 103), des « catholiques ayant des options théologiques et des sensibilités différentes » (sic !).

C’est ainsi qu’on y retrouve des représentants de groupes Ecclesia Dei et conciliaires « soucieux de contribuer à la réconciliation » (?!).

Un des derniers exemples en date de cet œcuménisme est la présence de la FSSPX en la personne de l’abbé Pierpaolo-Maria Petrucci, ancien prieur de Nantes et aujourd’hui prieur de Rimini (Italie), au 2e congrès sur le Motu proprio organisé à Rome du 16 au 18 octobre 2009 par plusieurs groupes Ecclesia Dei et présidé par « Mgr » Burke, prélat de l’église Conciliaire.

Le thème était : « Le motu proprio Summorum Pontificum : un grand don pour toute l’Église » (?!).  

Le site DICI, une sorte d’AFP de la FSSPX, s’en est fait l’écho sans aucune réserve : http://www.dici.org/?p=13244

L’abbé Petrucci (FSSPX) discutant avec l’abbé Joseph Kramer (FSSP)

L’abbé Petrucci (FSSPX) discutant avec l’abbé Joseph Kramer, un des prêtres de la Fraternité Saint Pierre présent au colloque. Autour, d’autres « prêtres » de la FSSP, de l’Institut du Christ-Roi ou de l’Institut du Bon Pasteur…

C’est ainsi que les initiatives communes se multiplient.

Comme nous l’avons révélé dans un de nos derniers dossiers, vient d’être publié un agenda 2010 à la gloire de Ratzinger-Benoît XVI auquel ont participé de nombreux clercs ou « personnalités » de toutes « tendances » : Ecclesia Dei, conciliaires, charismatiques et… FSSPX !

L’éditeur a même remercié officiellement la FSSPX pour son concours…

 
 
 

A lire absolument notre document du 18 décembre 2009 :

http://www.resistance-catholique.org/documents/2009/RC_2009-12-18_la-FSSPX-apporte-son-concours-a-un-agenda-concillaire.pdf

Les rassemblements anti-avortements, aussi louables soient-ils, sont devenus également l’occasion de favoriser cet œcuménisme en créant des passerelles entre les « frères séparés » de la « Tradition ». Par exemple, depuis deux ans, les prêtres de la FSSPX ont pris l’habitude de se joindre à ceux des groupes Ecclesia Dei tels que la Fraternité Saint Pierre ou l’Institut du Bon Pasteur pour manifester contre l’avortement comme ici à Bordeaux :

 
Ici en 2009    Là en 2008

Peu à peu, la FSSPX habitue les esprits à une future union des « traditionalistes » au sein de l’église Conciliaire qui prendra la forme d’un « Patriarcat Tridentin » englobant les Anglicans et les Orthodoxes.

Selon plusieurs informations, ces derniers se prépareraient, en effet, à rejoindre prochainement l’église Conciliaire (ce qui permettra à Mgr Fellay de parler encore de « miracle » en présentant ce « rapprochement » comme la « conversion de la Russie » annoncée à Fatima…).

Persuadés d’avoir contribués à ce nouveau « miracle » par leur « 3e croisade du rosaire », les « traditionalistes catholiques » de la FSSPX, conditionnés depuis des années, accepteront alors avec enthousiasme la place qui leur sera offerte dans la « vaste Eglise » œcuménique et maçonnique qui accomplira, par cette « union » illusoire, le plan des loges Rose-Croix visant à obtenir la confusion des sacerdoces, et de facto, la disparition à terme des vrais sacrements au sein de ces communautés où ils subsistent encore.

Ratzinger-Benoît XVI

Ainsi, après avoir mis tout en place pour couper le monde des canaux de la grâce, la Rome apostate aura réussi le projet maçonnique de « l’unité dans la diversité », prélude à l’établissement de la future Religion Universelle antéchristique.

Force est de constater que la FSSPX n’est plus, à l’image de son fondateur, l’humble œuvre sacerdotale au service des âmes qu’elle était à l’origine.

Dirigée telle une grosse entreprise qui cherche à se vendre, la FSSPX poursuit sa « stratégie » de ralliement et de respectabilité.  Pour cela, elle a fait appel à des laïcs professionnels des techniques de communication et d’internet, du marketing ou du management.

Maniant habilement l’art de la dialectique et de la sophistique, certains d’entre eux sont devenus les relais efficaces et prétentieux de la « stratégie » de la Direction de la FSSPX sur plusieurs « forums » internet prétendument « catholiques » destinés à développer l’abrutissement et le conditionnement de l’opinion désinformée.

Avec le soutien du District de France, ils ont également multiplié les blogs ainsi que les vidéos-montages sur la FSSPX qu’ils diffusent sur des sites tels que Youtube ou Dailymotion.

Ses pèlerinages et autres rassemblements sont devenus de véritables opérations de marketing.

Désormais, la FSSPX n’hésite plus à s’associer ouvertement à des pétitions conciliaro-Ecclesia Dei comme la pétition de soutien à Benoît XVI (www.soutienabenoitxvi.org) qui fut encouragée officiellement par l’abbé de Cacqueray.

La FSSPX organise également les siennes qu’elle appelle pompeusement « croisades du rosaire » ou « bouquets spirituels » (?!) destinés à réunir, sur le modèle du « téléthon », les « promesses » de chapelets qui seront ensuite « offerts » à celui que l’abbé Jacques Laguérie a osé présenter, à l’issue de la procession aux flambeaux le samedi 24 octobre 2009 à Lourdes, comme « le pape fidèle » !!

Mais « fidèle » à quoi ? « Pape » de quelle « Eglise » ? 

http://www.laportelatine.org/pourvous/12millions/oct09.php

Pour la fin du mois de décembre dernier, les prieurs avaient reçu la consigne de convier leurs fidèles à transmettre le nombre de chapelets récités dans le cadre de la « 3e croisade » !

Même les prières sont comptabilisées !

Lorsque la démagogie rejoint le ridicule…

Décompte grotesque affiché dans les chapelles du prieuré de Bordeaux à la fin de la 2e « croisade » en 2008 :

les comptes sont bien tenus !

Les prêtres n’ont sans doute rien d’autre à faire que ces comptes d’apothicaire…

Par une sorte de lobbying médiatique, la FSSPX affiche ses « chiffres », ses « scores » pour revendiquer sa place dans l’église Conciliaire à qui elle dit en sous-entendu : « regardez nos statistiques, vous ne pouvez pas faire comme si nous n’existions pas. Nous avons des séminaires, des écoles, des prieurés, des missions,… Le nombre de prêtres et de fidèles n’a cessé d’augmenter. Ce n’est quand même pas rien. Vous ne pouvez pas ne pas nous prendre en compte ».

Alors qu’elle démontre, précisément par là, qu’elle n’a pas eu besoin de la secte conciliaire pour se développer et continuer l’Église catholique en maintenant le sacerdoce et les sacrements valides, la FSSPX demande aujourd’hui son rattachement à cette fausse « Eglise » que Mgr Lefebvre avait pourtant déclarée « schismatique » et qui, comme l’avait annoncé Notre Dame à La Salette, éclipse la vraie Église dont le pasteur ayant été frappé, le troupeau se trouve aujourd’hui dispersé.

http://www.laportelatine.org/international/maison/statistiques/stat.php

« L’Église, épouse de l’Agneau Immaculé, la voici saturée d'amertume et abreuvée de poison, par des ennemis très rusés ; ils ont porté leurs mains impies sur tout ce qu'elle désire de plus sacré. Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre, et la chaire de la Vérité, là ils ont posé le trône de leur abomination dans l'impiété ; en sorte que le pasteur étant frappé, le troupeau puisse être dispersé »      

(Extrait de l’Exorcisme de Léon XIII)

Par une démarche particulièrement schizophrène, la FSSPX demande donc sa reconnaissance aux pires ennemis de Notre Seigneur et, de fait, son intégration dans leur fausse « Eglise ».

 

http://www.laportelatine.org/international/maison/statistiques/stat.php

Cette « stratégie », comme l’appelle lui-même l’abbé de Cacqueray, a été parfaitement étudiée pour, insidieusement, tromper les fidèles et les mener, sous une apparence de bien (conversion des autorités conciliaires), à intégrer cette Contre-Église que la FSSPX continue, au mépris des faits, à présenter fallacieusement comme l’Église une, sainte, catholique et apostolique !!

Tel l’Antéchrist qui se fera passer pour Notre Seigneur et « trompera les élus eux-mêmes », la Contre-Église, qui prépare la venue du Fils de perdition, se donne les apparences de l’Église alors qu’elle n’en est qu’une « contrefaçon ».

Ainsi, après avoir, dans ses tractations occultes, pactisé avec l’ennemi conciliaire, la FSSPX en est réduite à faire illusion. Elle développe une multitude d’artifices pour « sauver » les apparences. Et ce, au détriment de la foi et du sacré…

II – La FSSPX s’oppose aux lois de l’Église qu’elle prétend défendre

-Le dimanche 4 octobre 2009, en page d’accueil de son site, le District de France affectait d’être choqué par les « aberrations de la nouvelle pastorale ».

http://www.laportelatine.org/communication/videotheque/NllePastorale0905/strasbourg.php

-Le 31 décembre 2006, une « rêve-party avec concert de rock et messe à la grotte de Massabielle » (communiqué de l’AFP repris par La Porte Latine) fut organisée dans les sanctuaires de Lourdes et plus exactement dans la très moderne église Saint Bernadette.

 

http://www.laportelatine.org/communication/presse/2006/rockalourdes/rockalourdes.php

Quelque temps auparavant, le District de France publia un communiqué par lequel il demanda que « cet acte impie soit dénoncé » en précisant que, selon plusieurs articles du droit canon, cette « profanation » devait être réparée avant de célébrer à nouveau le culte dans l’église.

Le code de droit canon de 1917 stipule, en effet, clairement que :

« Can 1173

§1  Dans l’église profanée, avant qu’elle soit réconciliée, il est défendu de célébrer les offices, d’administrer les sacrements et d’ensevelir les morts ».

Can 1174

§1 L’église violée doit être réconciliée le plus tôt possible, selon les rites décrits dans les livres liturgiques approuvés ».

Au lieu de ne citer que le droit canon de 1917 et quelques autres textes véritablement catholiques, l’abbé de Cacqueray a eu la veulerie de faire référence aux textes de la « Conférence épiscopale de France » (CEF) et au « droit canon » conciliaire de 1983 que Mgr Lefebvre avait pourtant considéré comme « plus grave que le concile » car érigeant l’hérésie en loi !

Peut-être était-ce seulement destiné à placer les autorités conciliaires devant leurs contradictions. À ce moment-là, pourquoi ne l’a-t-il donc pas précisé ? N’est-il pas dangereux, en effet, de laisser ainsi les fidèles dans la confusion et l’ambigüité ?

http://www.laportelatine.org/communication/presse/2006/rockalourdes/reactionMgrPerrier/reactions.php

Mais que dire alors des contradictions et actes d’impiété répétés du Supérieur du District de France ?

En effet, malgré ces remontrances et doctes leçons de droit canon données aux conciliaires, comment se fait-il que l’abbé de Cacqueray ait, quelques mois après, laissé célébrer les messes du pèlerinage du Christ-Roi 2007 (le dimanche et le lundi) ainsi que celles du pèlerinage de toutes les écoles des dominicaines de Fanjeaux les 30 et 31 mai 2008 dans cette église profanée sans qu’aucune cérémonie publique de réconciliation n’ait été effectuée au préalable ?

   

http://www.laportelatine.org/communication/presse/2006/rockalourdes/reactionMgrPerrier/reactions.php

Le 31 décembre 2006 : photos de la profanation de l’église Sainte Bernadette condamnée par la FSSPX…

L’église Sainte Bernadette ainsi profanée était donc canoniquement interdite !

   

Les 27 et 28 octobre 2007, dans la même église Sainte Bernadette non « réconciliée »,

messes de l’abbé Jacques Laguérie et du Père Antoine (le geôlier du Père Jean !) qui n’ont cure des lois de l’Église !

L’abbé Simoulin y officia à son tour les 30 et 31 mai 2008 (photo de droite)

devant des centaines d’élèves de toutes les écoles des dominicaines de Fanjeaux !

L’abbé de Cacqueray ne s’est visiblement pas non plus posé la question de savoir combien d’« aberrations de la nouvelle pastorale » se sont déroulées dans la « basilique » Saint Pie X ?

Combien de rencontres œcuméniques ont eu lieu dans cette basilique de béton sans âme ?

Combien de concerts s’y sont tenus ?

Combien de « messes de Luther » (pseudo-messes de la Contre-Église) dédiées au culte de l’homme ont-elles profané les autels de cette « basilique » depuis sa consécration le 25 mars 1958 ?

L’abbé de Cacqueray avec, jamais bien loin de lui, un de ses mentors :

le très subversif et indéboulonnable locataire de Suresnes : l’abbé Loïc Cocault-Duverger

Le drame est que la FSSPX a habitué les fidèles à cette perte du sacré en leur laissant croire qu’il n’y a pas de danger pour la foi, ni aucune offense à Dieu, de prier et célébrer les messes n’importe où.

Mgr Tissier de Mallerais s’est-il lui-même interrogé sur ce grave scandale pour les âmes ?

Son coupable silence et sa participation à ces iniquités en disent long sur l’état des compromissions de la FSSPX avec la Contre-Église !

« Les Ordinaires doivent veiller en prenant conseil éventuellement auprès de gens qualifiés, à ce que les formes reçues par la tradition chrétienne ou les règles de l’art sacré soient observées dans la construction ou la réparation des églises » (Can 1164, §1)

« S’il y a doute que l’église soit violée, elle peut être réconciliée ‘par prudence’ » (Can 1174, §2)

« Dans l’église profanée, avant qu’elle soit réconciliée, il est défendu de célébrer les offices, d’administrer les sacrements » (Can 1173, §1)

Un de nos correspondants présent au dernier pèlerinage du Christ-Roi à Lourdes nous a rapporté cet échange particulièrement révélateur :

« En se rendant avec ses parents à la messe de Mgr Tissier dans la basilique souterraine après avoir assisté la veille au même endroit à celle du 1er jour de pèlerinage, une petite fille de trois ans lança à sa maman cette remarque toute simple mais si vraie : ‘ça va être encore une messe bizarre dans l’église pas jolie ?’ »

La « basilique » saint Pie X est, en effet, si peu propice à l’adoration et à la piété que la célébration même de la messe traditionnelle est apparue à cet enfant comme dénaturée.

Voilà où mène le compromis : au scandale des âmes !

Seuls les yeux d’une âme pure pouvaient, avec les mots simples de l’innocence, exprimer si bien un des fruits amers de cette tragique et impie collusion entre la FSSPX et l’église Conciliaire.

L’abbé de Cacqueray a reconnu que la profanation du 31 décembre 2006 n’était pas la première dans les sanctuaires de Lourdes. Il parla d’une « nouvelle profanation dans les sanctuaires mêmes de la ville mariale » (cf. supra). Il savait donc qu’il y en a eu plusieurs autres. Il l’a écrit.

Or, malgré ce que connait la Direction de la FSSPX, celle-ci insiste chaque année et va supplier les chefs apostats de l’église Conciliaire locale pour obtenir leur autorisation d’accéder à une de ces églises qu’ils occupent illégitimement et qu’elle sait être profanée.

Loin d’avoir un quelconque remords ou une certaine retenue après une telle impiété coupable, l’abbé de Cacqueray et les prêtres de la FSSPX en général se réjouissent alors d’avoir réussi à obtenir une église ! Ils s’en réjouissent et remercient vivement « les autorités du sanctuaire » de leur « bienveillance » et de leur « hospitalité » !

L’abbé de Cacqueray préfère ainsi céder aux « honneurs » de l’église Conciliaire plutôt que de défendre l’honneur de Notre Seigneur Jésus-Christ en observant ce que recommande l’Église suite à une profanation !

L’abbé de Cacqueray pose pour La Porte Latine !

L’abbé de Cacqueray pose pour La Porte Latine !

Voici le communiqué de l’abbé de Cacqueray qui fut diffusé avant le pèlerinage :

« Suresnes, le 17 octobre 2009

La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X est heureuse de vous informer qu'à l'occasion de son pèlerinage international à Lourdes Mgr Bernard Tissier de Mallerais célébrera la messe solennelle pour la fête du Christ-Roi en la Basilique Saint-Pie X le dimanche 25 octobre 2009.

Nous exprimons notre reconnaissance à Mgr Jacques Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes, et aux autorités du Sanctuaire pour leur hospitalité et nous les assurons de nos prières.

Abbé Régis de Cacqueray, Supérieur du District de France »

http://www.laportelatine.org/district/france/bo/TissierLourdes091025/lourdes091025.php

On ne peut pas être plus pleutre !

Nous le voyons, en ces temps de ralliement, l’important est de persuader les fidèles que les conciliaires seraient en train de changer petit à petit et feraient des « gestes d’ouverture » alors qu’il s’agit de leur part d’une habile manœuvre de séduction !

  

Dans une parfaite connivence avec les conciliaires qu’ils rencontrent en coulisse, le souci premier des supérieurs de la FSSPX est d’utiliser tous les moyens, d’exploiter le moindre fait, pour laisser croire aux fidèles que « les choses avancent doucement », que les « autorités » conciliaires se rapprocheraient de la Tradition alors que précisément, c’est tout le contraire qui se produit.

C’est ainsi que, régulièrement, par petites touches, on conditionne la masse des fidèles par la diffusion insidieuse de mensonges, d’amplifications tendancieuses de certains faits, de contre-vérités ou des vérités sélectionnées.

III – Soumission et dépendance vis-à-vis de l’église Conciliaire

La FSSPX ayant reproché des années à l’église Conciliaire de faire de l’œcuménisme avec toutes les religions du monde sauf avec les « traditionalistes », celle-ci a été prise aux mots.

La FSSPX fait donc désormais partie de ce « souci œcuménique » exprimé par la Rome conciliaire.

C’est ce que dit clairement Benoît XVI dans sa « Lettre aux évêques » du 10 mars 2009 saluée par Mgr Fellay (?!).

Benoît XVI y parle, en effet, d’un « geste discret de miséricorde » et d’une « invitation à la réconciliation avec un groupe ecclésial impliqué dans un processus de séparation ». Il indique que « l’effort en vue du témoignage commun de foi des chrétiens – par l’œcuménisme – est inclus dans la priorité suprême »

À la suite des chefs des autres religions, la FSSPX est donc, à son tour, accueillie dans les églises occupées et profanées par les cultes et cérémonies hétérodoxes de la Contre-Église.

Le panthéon d’Assise est ainsi aujourd’hui au complet !

« Mgr » Perrier : le véritable maître du jeu à Lourdes !

Le 25 octobre 2009, sur le même autel de la « basilique » Saint Pie X :

à 9h00, « messe » de Paul VI « présidée » par « Mgr » Perrier et à 11h00, messe de Saint Pie V dite par Mgr Tissier !

Personne n’en fut gêné ! Mais il est vrai que, selon le Motu proprio salué comme une « grâce du Ciel » par Mgr Fellay, il ne s’agit là que des « deux formes de l’unique et même rite » !

La FSSPX a toujours reproché aux communautés Ecclesia Dei d’accepter de dire leur messe sur le même autel en alternance avec un « prêtre » conciliaire. En effet, dans de nombreuses églises qui leur sont concédées par l’« évêque » du diocèse, deux messes dominicales sont souvent prévues : la « messe » de Paul VI et la messe dite de Saint Pie V.

À Lourdes, la FSSPX n’a rien fait d’autre que ce qu’elle condamna chez d’autres pendant des années !

« La vérité vous rendra libres » nous dit Saint Jean.

En demandant l’accès aux églises occupées par les conciliaires et en acceptant d’y célébrer les offices au mépris des lois de l’Église, la FSSPX a préféré privilégier son « amitié » avec les conciliaires en fermant les yeux sur leurs iniquités.

La FSSPX s’est alors tournée vers le mensonge. Ce qui, aujourd’hui n’est pas sans conséquence…

Ses tractations et relations secrètes avec l’ennemi conciliaire lui ont fait perdre sa liberté.

La FSSPX n’a cessé de multiplier les demandes suppliantes pour accéder aux églises tenues par les conciliaires se plaçant, de facto, dans un état de dépendance irrémédiable envers les tartuffes mitrés de l’église Conciliaire.

Cela s’est une fois de plus vérifié lors du dernier pèlerinage du Christ-Roi à Lourdes.

La messe du dimanche était prévue, comme l’indique le dépliant ci-dessous à 9h00. Mais quelques jours avant le pèlerinage, « Mgr » Jacques Perrier décida – c’est vraiment pas de chance ! – de dire une « messe » à cette même heure dans le même lieu ! Priorité donc à l’hôte des lieux !

 

Dépliant officiel de la FSSPX : la messe du dimanche était prévue à 09 h 00

Soumise au bon vouloir de son hôte, la FSSPX fut donc invitée à revoir son programme. Ce qu’elle fit bien docilement…

La messe fut repoussée à 11h00 et la procession du Saint Sacrement dans les rues de Lourdes fut purement et simplement supprimée !

Livret du pèlerinage distribué à Lourdes où l’horaire de la messe fut modifié

Dans son numéro de janvier-février 2002, la revue Fideliter (n° 145) présentait orgueilleusement l’autorisation accordée pour la première fois à la FSSPX de dire la messe dans la basilique Saint Pie X comme une « victoire »…

  

Mais « victorieux » de quoi ?

Une « victoire » pour qui ?

Ratzinger-Benoît XVI

 

 

In Christo Rege

Résistance catholique