A propos de la Lettre aux fidèles de Mgr Fellay

du 24 janvier 2009

Cette lettre a été lue docilement en chaire dès le lendemain de sa publication (le dimanche 25 janvier 2009) et diffusée aussitôt dans tous les bulletins des prieurés et sites internet liés à la FSSPX (1ère version : annexe 1).

Mgr Fellay y écrivait : « « Nous acceptons et faisons nôtres tous les conciles jusqu’à Vatican II au sujet duquel nous émettons des réserves » (sic !).

Cette lettre ne suscita aucune réaction de la plupart des prêtres et des fidèles, anesthésiés qu’ils sont depuis des années.

Cependant, la contestation (pourtant relativement faible…) de quelques autres obligea Mgr Fellay à opérer une subite volte-face en faisant modifier discrètement cette phrase afin que ce nouvel aveu de sa trahison, laissant deviner le pacte occulte conclu avec le Vatican, passe un peu plus inaperçu.

Bernard Fellay

En voici la correction telle que nous pouvions la lire quelques jours après sur le site Dici de la FSSPX, encore consultable sur http://www.dici.org/actualite_read.php?id=1839 (2ème version : annexe 2).

« Nous acceptons et faisons nôtres tous les conciles jusqu’à Vatican I. Mais nous ne pouvons qu’émettre des réserves au sujet du Concile Vatican II, qui s’est voulu un concile ‘différent des autres’ (cf. discours des Papes Jean XXIII et Paul VI) ».

Le sens est sensiblement équivalent, mais l’important de la correction était de ne plus faire apparaître le Concile Vatican II en complément d’objet du « acceptons et faisons nôtres ».
C’est là tout l’art de dire plus ou moins la même chose sous une forme plus conciliante pour tous mais en évitant de changer le fond…
Certains ont ensuite laissé entendre – le Secrétaire Général de la FSSPX a même osé prétendre – qu’il s’agissait là d’une « erreur de transcription » (sic !).

Surprenante erreur de transcription, non ?

En effet, si l’erreur avait été une faute de frappe, d’orthographe ou, à la rigueur, l’utilisation d’un mot à la place d’un autre, l’ « erreur de transcription » aurait été plausible. Mais invoquer ici une « erreur de transcription » pour expliquer le changement de deux phrases entières n’est absolument pas crédible.

 
Présent du 31-01- 2009

Présent du 31-01- 2009

Par ailleurs, il faut noter que cette phrase qui aurait été mal retranscrite est, en fait, un extrait de la lettre que Mgr Fellay a adressé au « cardinal » Castrillon Hoyos le 15 décembre 2008 pour demander la grotesque « levée des excommunications ».

Cette lettre que Mgr Fellay refuse, étrangement, de publier…

Une telle « erreur de transcription » apparaît donc encore moins vraisemblable.

Car, à moins que Menzingen ait engagé de très mauvaises et pernicieuses secrétaires, une erreur de cette importance sur une banale transcription est impossible.

D’autant plus que ce type de communiqué est au préalable étudié avec attention, préparé minutieusement. Tous les mots y sont pesés.

Mgr Fellay espérait ne susciter aucune réaction. Mais aussi minimes qu’elles aient été, il ne voulait surtout pas prendre le risque de voir se former une quelconque opposition qui puisse venir enrayer sa « stratégie » occulte avec le Vatican.

Il a donc fait rectifier son texte en invoquant une « erreur de transcription ».

Depuis, voulant éviter un nouveau discrédit, les autorités de la FSSPX et quelques prêtres godillots multiplient les textes insistant encore davantage sur le devoir d’obéissance et la confiance que tous doivent manifester envers les supérieurs.

Mgr Fellay l’a dit clairement dans Présent du 31 janvier 2009. Cette lettre « ne sera pas rendue publique » même si « avec le temps, des bribes en sortiront peut-être ». 

Dans le très subversif Forum catholique Mr J.R DC alias Ennemond, porte-parole officieux du District de France et de l’abbé Celier, tient lui-même, laconiquement, à le faire savoir.

Cette lettre « ne risque pas » d’être publiée dit-il, sûr de lui !

Voici sa réponse à une question parfaitement légitime :

La lettre de Mgr Fellay a-t-elle été publiée ? par OmniaVanitas (2009-01-27 21:36:43)

Imprimer

Cette lettre du 15/12/2008 mentionnée au début du récent décret ?

« Dans une lettre adressée, le 15 décembre 2008, à son Eminence le cardinal Dario Castrillon Hoyos, président de la commission pontificale Ecclesia Dei, Monseigneur Bernard Fellay, au nom des trois autres évêques consacrés le 30 juin 1988, sollicitait de nouveau la levée de l'excommunication latae sententiae déclarée officiellement par le Décret du Préfet de la Congrégation pour les évêques publié le 1er juillet 1988 [...]

Si oui, merci pour les sources que vous pourrez m'indiquer, c'est un document qui doit probablement être intéressant à consulter dans son intégralité.

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=461746

Non par Ennemond (2009-01-27 21:46:23)

Imprimer

Elle ne risque pas de l'être.

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=461754

Mais, pourquoi donc ne pas rendre publique cette lettre ?

Pourquoi garder une telle opacité sur une lettre qui engage l’avenir de toute la Fraternité dans son entier (prêtres et fidèles) ?

Que contient-elle de si dérangeant ?

L’argument spécieux de Mgr Fellay selon lequel cette lettre contiendrait « des éléments qui concernent certaines personnes » est un peu facile !

Au contraire, au regard de sa volte-face après la diffusion de celle-ci, il est légitime de s’interroger. Son engagement (au nom de toute la Fraternité !) d’« interpréter le Concile Vatican II à la lumière de la Tradition » au sujet duquel nous devrions, désormais, n’émettre que des « réserves » (?!), ne constituerait-il pas, précisément, un de ces accords inavouables concédé à la Rome moderniste dans cette lettre ?

D’autant plus qu’un mois et demi après, Mgr Fellay a publié, le 10 mars 2009, un communiqué (cf. messages précédents) dans lequel il renouvelle et même accentue sa veulerie envers l’église de Vatican II en réaffirmant encore plus explicitement ce qu’il a tenté de rectifier furtivement dans la 2e version de sa Lettre aux fidèles.

Et, on voudrait nous faire croire qu’il n’y a eu « aucune contrepartie » à cette fallacieuse « levée des excommunications » ?

Ces quelques faits nous montrent que des clercs n’hésitent plus à utiliser publiquement le mensonge comme moyen de manipulation de l’opinion.

Mais le plus tragique est de constater que de tels mensonges ne suscitent plus aucune réaction. Conditionnés depuis des années, la plupart des prêtres et des fidèles s’en accommodent.

Devant de telles méthodes subversives, nous n’avons plus le droit de nous taire !

Nous ne pouvons plus faire confiance à Mgr Fellay qui se comporte désormais en pleutre valet des chefs de la secte Conciliaire.

Résistance catholique

N.B. : Les deux annexes jointes sont des documents PDF extraits du site Dici comme l’indique la référence à ce site en bas de page à gauche.