Un échange avec un abbé de la FSSPX !

Un échange avec un abbé de la FSSPX !

— 28 avril 2008 —

 

From: Abbé "X..."
Subject: Répondez, SVP !
Date: Mon, 21 Apr 2008
To: resistance-catholique@hotmail.fr

Monsieur, Madame ou Mademoiselle,

J'ai la surprise de recevoir vos messages dans ma boîte aux lettres personnelle.
Ce qui me surprend, ce n'est pas que j'y trouve des messages (une boîte aux lettres est faite pour cela), mais de n'en pas connaître précisément le nom de l'expéditeur.
Vous vous présentez comme des catholiques, donc comme des personnes d'une certaine éducation. La politesse étant la fine leur de la charité chrétienne, je souhaiterais simplement savoir :
1 - Comment vous êtes-vous procuré mon adresse électronique personnelle ?
2 - Qui êtes-vous ?
Il est par ailleurs extrêmement désagréable de parler à un inconnu qui vous connaît.
J'attends donc votre réponse, ce qui demandera de votre part un certain courage.

Abbé "X"

--------------------------------------------------------

From: resistance-catholique@hotmail.fr
To: "X"
Subject: RE: Répondez, SVP !
Date: Mon, 28 Apr 2008

Monsieur l’Abbé,

 

Submergés par de nombreux messages, nous nous faisons un devoir de répondre à chacun d’eux avec, cependant, le délai que cela suppose. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pu répondre plus tôt à votre e-mail du 21 avril dernier.

Nous vous remercions pour votre message auquel nous allons tenter, ici, de répondre au mieux. Nous commencerons par un extrait de l’Imitation de Jésus-Christ :  

« Considérez ce qu’on vous dit, sans rechercher qui le dit »

(Imitation de Jésus-Christ, Livre I, Ch. V, 2)
 

Vous nous faites part de votre surprise du fait que « le nom de l’expéditeur » des messages que nous vous avons envoyés n’aurait pas été mentionné. Cela nous surprend également car nous avons adressé à tous nos correspondants un message de présentation qui précise explicitement qui nous sommes ainsi que le but de notre cercle. Si vous ne l’avez pas reçu, nous sommes prêts à vous le renvoyer si vous nous en faites la demande. Mais, pour le moment, nous allons nous attacher à répondre à vos interrogations.

Comme nous l’indiquions, « l’expéditeur » des messages est un cercle de fidèles et de prêtres de la FSSPX qui ont décidé de se regrouper afin de réagir à la volonté de ralliement ainsi qu’aux dérives doctrinales qu’ils constatent au sein de la FSSPX.

Le nom de ce cercle est Résistance catholique. C’est donc à ce titre que nous signons nos messages. Il n’y a rien de surprenant ni d’impoli à cela…

Alors, il est certain que nous ne donnons pas le nom de chacun d’entre nous en signant de nos noms respectifs. Quelle en serait, d’ailleurs, l’utilité ? Peut-être est-ce cela que vous souhaiteriez. Mais dans quel but ? Renseigner vos supérieurs afin qu’ils désignent ensuite ces personnes à la vindicte publique ?  Même si cela semble vous étonner, il s’agit pourtant là, vous pouvez le comprendre, d’une règle élémentaire de confidentialité à laquelle nous sommes tenus pour diverses raisons.

Votre remarque serait légitime dans une société pleinement catholique avec une Église en ordre et des chefs catholiques en qui nous pourrions trouver un appui et une solide protection en cas de riposte perfide de l’Ennemi. Mais, vous savez bien que tel n’est pas le cas. Votre curiosité serait compréhensible, à la rigueur, si ce que nous écrivions allait à l’encontre de la doctrine catholique ou de la vérité. Mais, nous vous mettons au défi de nous démontrer en quels points nos documents se trompent ou ne sont pas conformes à la vérité.

Vous offusquez-vous de la même manière du fait que plusieurs revues de la Tradition aient recours à des pseudonymes (donc à l’anonymat !) pour signer certains de leurs articles ? C’est, en effet, le cas pour Le Sel de la Terre, Le Courrier de Rome ou même Fideliter !

Lorsque le site de La Porte latine publie des messages sur d’autres sites comme sur le très peu recommandable et très subversif Forum « catholique » (considéré par l’abbé Celier et Fideliter comme un organe de presse !!!), il signe La Porte latine sans autre mention. Mais que savons-nous des auteurs de ces messages ? Qui sont-ils ? Quels sont leurs noms ? Personne ne le sait. Personne ne le demande. Tout le monde s’en moque ! Et les rares fois où nous leur demandons leur identité, ils refusent de la donner alors qu’en théorie ils n’ont rien à cacher compte tenu qu’ils donnent la « ligne officielle » de la FSSPX…

Alors, pourquoi exiger des autres ce que vos confrères et supérieurs ne mettent même pas, eux-mêmes, en pratique ? Combien de fidèles (et même de prêtres…) savent, par exemple, qui se cache réellement derrière des clercs tels que l’abbé Celier ou Mgr Williamson ?

La plupart des fidèles qui composent Résistance catholique ont charge de famille ou/et ont des responsabilités professionnelles. Connaissant l’Ennemi, que nous nous faisons un devoir de combattre, il serait donc bien imprudent et inconscient de lui fournir des informations susceptibles de lui permettre de porter atteinte à nos vies privées. Croyez-vous, par exemple, que nous pouvons actuellement, sans risque, afficher nos opinions politiques ou religieuses au sein de nos milieux professionnels respectifs ? Vous savez bien que non ! Donc, de la même façon, nous ne pouvons pas offrir à l’Ennemi qui s’est infiltré dans nos rangs la possibilité de nous nuire, en révélant notre identité. 

Au regard des informations (très gênantes pour certains !) que nous donnons, nous ne pouvons donc pas, légitimement, agir autrement. Par ailleurs, quelques prêtres de la FSSPX nous fournissent certains renseignements et nous conseillent dans notre démarche. Là aussi, nous ne pouvons pas non plus révéler leur nom. Ils subiraient immédiatement les foudres de leurs supérieurs. Ce seraient donner l’occasion à ces derniers qui, précisément, trahissent, selon nous, le combat de Mgr Lefebvre, d’anéantir les bons prêtres qui composent la FSSPX.

Ce n’est pas là un manque de courage ou de franchise comme vous semblez le croire. C’est une question d’efficacité et de prudence.

En tant que catholiques, nous sommes les acteurs d’une véritable guerre, d’une guerre à mort !  Il s’agit de la lutte entre les deux Cités. Il faut donc, par tous les moyens, préserver les hommes qui ont le courage de se lever pour combattre l’Ennemi qui, lui, n’hésite pas à s’avancer masqué (cf. étude de Mr Paul Chaussée sur l’abbé Celier).

Vous paraissez ne pas avoir conscience du mal qui est fait à chacun de ceux qui dénoncent l’Ennemi.

Pourtant, vous savez de quelle manière sont traités ceux qui sont en désaccord avec les nouvelles orientations de la Direction de la Fraternité, ou seulement soupçonnés de l’être ou encore susceptibles de le devenir. Vous êtes donc à même de comprendre notre démarche. En effet, pour ce seul motif, certains prêtres ne cessent d’être mutés. Le moindre soupçon à leur égard suffit. Des fidèles sont interdits de chapelles ou de sacrements pour avoir exprimé, pourtant de manière très respectueuse, leur opposition envers la nouvelle « politique » de la Fraternité… Tout ceci est inacceptable !

Croyez-vous que l’on peut librement (que l’on soit prêtre ou fidèle), au sein de la FSSPX, s’opposer au principe même de discuter avec la Rome apostate, la Rome de Ratzinger, refuser son Motu proprio publiquement et dénoncer les Te Deum qui ont été imposés dans chaque prieuré par la Direction de la FSSPX, affirmer l’invalidité intrinsèque des nouveaux sacrements (tout spécialement le sacrement de l’ordre et de consécration des évêques ou même l’invalidité de la « messe » de Paul VI), émettre seulement des doutes sur la légitimité des autorités conciliaires ou affirmer cette évidence selon laquelle l’église concilaire n’est pas et ne peut pas être l’Église Catholique ?

Tant que vous ne pourrez pas nous démontrer et nous assurer que cela est désormais possible et que la Direction de la FSSPX s’engage dès maintenant à stopper toute discussion avec le Vatican occupé par les « antichrists » dénoncés par Mgr Lefebvre et à exclure tous les infiltrés modernistes (dont l’abbé Celier est l’exemple type !!) qui travaillent pour le compte de Ratzinger, alors nous ne pourrons pas, légitimement, donner nos identités.

Notre but est de dénoncer ceux qui, de par leur poste au sein de la FSSPX, cherchent à faire glisser insidieusement l’œuvre de Mgr Lefebvre vers un ralliement à la Rome apostate.

Notre action consiste, essentiellement, à fournir des informations à nos correspondants. Ceux-ci les acceptent ou les refusent.

Par ailleurs, vous souhaitez légitimement savoir comment nous nous sommes procuré votre adresse e-mail. Tout simplement. Chacun d’entre nous possédait une liste personnelle assez importante d’adresses e-mail que nous avons utilisé d’un commun accord. Plus tard, beaucoup de nos correspondants nous ont, eux-mêmes, transmis des adresses d’amis et de connaissances susceptibles d’être intéressés par nos messages. C’est ainsi que nous avons eu votre adresse. Mais si vous ne voulez plus recevoir nos documents, il suffit de nous le faire savoir en nous adressant un e-mail à l’adresse indiquée ci-dessous et nous stopperons aussitôt nos envois.

Mais, plutôt que cette fausse et superficielle querelle d’anonymat, n’est-ce pas plutôt les vérités que contiennent nos informations qui vous dérangent ? C’est regrettable car, nous préférerions avoir avec vous un échange sérieux sur les points que nous soulevons plutôt que sur de telles polémiques stériles.

Vous semblez douter de notre courage. Mais, soyez exemplaires sur la doctrine ainsi que sur le vrai combat (sans concession) à mener, soyez fidèles au combat de Mgr Lefebvre, ayez, à son exemple, le courage de dénoncer les autorités conciliaires comme étant des schismatiques, des personnages qui ont perdu la foi, ayez le courage de dire que l’église conciliaire n’est pas l’Église catholique et qu’il est tout à fait possible que celui qui est assis sur le siège de Pierre, au regard des hérésies publiques qu’il propage, puisse ne pas être réellement pape (cf. entretien de Mgr Lefebvre accordé au Figaro le 04 août 1976 et son sermon de Pâques de 1986 à Écône), et à ce moment-là seulement, vous pourrez donner des leçons de courage aux autres !!

Pour conclure, nous citerons Mgr Williamson (considéré et présenté complaisamment comme le plus « dur » des 4 évêques de la FSSPX) qui affirmait ceci à Écône, le 29 juin dernier :

« On ne peut pas affirmer clairement et nettement que ces gens [les autorités conciliaires] ont nécessairement perdu la Foi (…) Nous ne pouvons pas dire comme cela que ces gens-là ont perdu la Foi ; Dieu seul le sait ! »

Tout au contraire, Mgr Lefebvre n’hésitait pas à dire :

« Mais moi, je dis : Rome a perdu la Foi, mes chers amis. Rome est dans l’apostasie. Ce ne sont pas des paroles, ce ne sont pas des mots en l'air que je vous dis. C’est la vérité. Rome est dans l’apostasie. On ne peut plus avoir confiance dans ce monde-là, il a quitté l'église. Ils ont quitté l’Église, ils quittent l’Église, c’est sûr, sûr, sûr ! » (le 4 septembre 1987 à Écône).

C’est donc pour toutes ces trahisons et silences que nous venons de vous exposer succinctement que nous continuerons donc d’accomplir notre devoir de catholiques.

Restant prêts à vous répondre sur d’autres points, nous vous assurons, Monsieur l’Abbé, de toutes nos prières et de notre entière fidélité au combat de Mgr Lefebvre.

 

Résistance catholique